Lolita. Vladimir Nabokov

Lolita était dans ma liste de livres à lire (‘fin ma wishlist quoi) depuis longtemps. Très longtemps. Parce que l’histoire générale je la connaissais, mais j’étais curieuse de lire le roman.

Ceci est une intro hyper pourrie pour vous dire « Bonjour, j’ai lu Lolita de Nabokov et je vais vous dire ce que j’en pense ».

 

 

Synopsis

Humbert Humbert est en prison pour meurtre. Il raconte tout ce qui l’a conduit jusqu’ici, de son enfance avec son premier amour à sa rencontre des dizaines d’années plus tard avec Dolorès Haze une « nymphette » de 12 ans. Humbert est subjugué par la jeune fille et accepte même d’épouser la mère de Dolorès pour rester près d’elle. Jusqu’au jour où la « Grosse Haze » comme la surnomme Humbert découvre la vérité et meurt accidentellement. Commence alors un long voyage en tête à tête entre Humbert et l’adolescence.

 

Mon avis

OK. Ça va être compliqué. Parce que ce roman, il m’a quand même mis mal à l’aise, pratiquement de bout en bout. J’ai même failli l’abandonner à un peu plus de la moitié, parce que vraiment, les réflexions, les pensées de ce cher Humbert² m’ont glacé le sang plus d’une fois. Mais les réactions de Lolita également, m’ont posé question. Bref, ça ne va pas être évident d’en parler.

Humbert Humbert, en plus d’avoir un nom « original » aime les jeunes filles. Les très jeunes filles, tout juste adolescentes. Oh non ! il ne les touche pas, il les fantasme simplement. Et puis il rencontre Dolorès « Lolita » Haze. Et là, c’est le drame !

Lolita, c’est un roman qui parle d’amour interdit, de pédophilie. Mais ce qui est troublant, c’est que l’histoire est racontée du point de vue de l’homme du « prédateur ». Bon, je dois au moins reconnaître une chose : le livre est formidablement bien écrit. Le plume de l’auteur est poétique, belle, sensuelle… Sauf que… ça ne serait pas ça, justement, le soucis ? Qu’un gars de 38 ans vous raconte d’une façon presque lyrique comment il épouse une veuve hyper moche tout ça pour pouvoir fantasmer à l’aise sur sa gamine de douze ans ? Damned !

Cette histoire, elle est abjecte, nous sommes bien d’accord. Cet homme pourrait être qualifié de monstrueux. En plus il a tué quelqu’un ! Et pourtant, la façon dont il nous narre sa vie, sa relation avec Lolita, ses états d’âme, tout ça donnerait presque envie de le prendre en empathie.
Ouais, mais non, faut pas déconner… Non, je n’ai pas eu d’empathie envers Humbert. En revanche, ce ressentiment d’accepter de lire tout ce qu’il avait à dire pour défendre l’indéfendable, oui, il était là. Un peu comme une acceptation d’écouter quelqu’un qui sait que rien ne peut être fait pour pardonner ses erreurs et ses péchés. Alors, on écoute ses dernières volontés, sa confession.
Je crois que c’est pour ça que je n’ai pas abandonné le roman : le besoin de laisser le narrateur dérouler son histoire, même si elle moche, même si certains passages m’ont vraiment mis mal à l’aise.

Le truc, c’est que je ne sais pas si j’ai aimé ce roman, je ne sais pas si je suis contente de l’avoir lu. Pour le côté « les classiques de la littérature qu’il faut avoir lu », oui. Pour l’histoire en elle-même et les sentiments qu’elle m’a procurée, j’en doute.

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 thoughts on “Lolita. Vladimir Nabokov

  1. Ah ouais…. quand même !! O_O
    Bah c’est pas un livre que je lirai un jour ! Ça m’énerverait bien vite, en plus de me donner la gerbe…

    1. Le roman est super bien écrit, y a aucun doute là-dessus. Mais selon moi, sa lecture est dispensable. Donc non, je ne te le conseillerais pas… ni te le déconseillerais

Laisser un commentaire