L’art de la joie. Goliarda Sapienza

Dans la mesure du possible, j’essaie au maximum de lire les romans italiens en VO. Même si ce n’est pas toujours facile, parce que je ne pratique pas la langue aussi souvent que je le voudrais, et j’ai donc un peu perdu dans la maîtrise de la langue. Et pour le coup, lire en italien me permet de garder un niveau à peu près correct.
Donc, j’ai lu L’art de la joie, de Goliarda Sapienza.

 

 

 

Synopsis

Née en 1900 dans un petit village sicilien, orpheline à neuf ans, Modesta ne semble pas promise à un destin brillant. Au mieux peut-elle espérer un emploi de servante et un honnête mariage à la sortie du couvent qui l’a recueillie. Mais la jeune fille a d’autres aspirations… Sensuelle et fière, déterminée et prête à tout, farouchement indépendante et terriblement intelligente, Modesta veut découvrir la richesse infinie de la vie. Pour cela, elle devra abattre une à une les barrières érigées par la société : religion, morale, traditions, partis politiques, préjugés de classe, sexisme… Sa vie durant, Modesta poursuivra cet inlassable combat, celui d’une femme éprise de liberté et de bonheur.

 

 

Mon avis

Ce livre est énorme, énorme, ÉNORME coup de cœur. Ce livre est un chef d’oeuvre qui, à mon sens, mériterait d’être plus connu.

Dans ce roman, on va suivre Modesta depuis sa naissance ou presque, jusqu’à sa mort. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle est une femme atypique, et possédant un certain caractère, pour ne pas dire un caractère certain.

Tout au long de sa vie, Modesta va fuir les codes, elle veut vivre libre, comme elle l’entend.Elle refuse de se soumettre. Et elle comprend très vite que pour vivre libre, il ne faut pas vivre cacher, il faut assumer ses choix. Les revendiquer même !
Modesta est une révolutionnaire, elle va même faire de la prison. Elle est bisexuelle, et vit pleinement ses relations avec les hommes et les femmes qu’elle rencontre.Elle est non-conformiste. Elle est profondément féministe.
Pourtant, rien ne la prédestinait à cela… ou peut-être qu’au contraire, tout était réuni pour cela.
Issue d’une famille Sicilienne d’une très grande pauvreté et analphabète, un monde rural et patriarcal. Un monde profondément catholique et conservateur. Alors oui, dans un tel contexte, il en faut du courage pour s’émanciper comme le fait Modesta ! Et justement, elle n’en manque pas pour affronter sa vie. Et surtout elle se fait forte d’une grande intelligence qu’elle n’aura de cesse de développer à chaque instant. Elle apprend, analyse, réfléchit,sur elle-même, sur les autres, sur ce qui l’entoure. Modesta est une femme avide de liberté, qui assume ses choix de vie, une femme qui conteste, qui s’oppose au conformisme. Modesta est une contestataire car elle est pleinement ancrée dans son époque.

Et à ce propos, en suivant la vie de Modesta, c’est aussi l’Histoire de l’Italie dans la première moitié du 20ème siècle que l’on parcourt. La fin de la Monarchie, l’arrivée de la République, la Guerre, la montée du Fascisme, la Résistance, le Socialisme… L’histoire de l’Italie fait écho à celle de Modesta. Les deux se mêlent habilement, donnant corps à ce fabuleux roman qu’est L’art de la joie.

Alors, si vous souhaitez découvrir une femme avide d’indépendance et de liberté, une femme combative et qui assume ses choix de vie, lisez L’art de la joie

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 thoughts on “L’art de la joie. Goliarda Sapienza

Laisser un commentaire