Chants / Canti. Giacomo Leopardi

Après du théâtre avec Anton Tchekhov, j’ai eu envie de m’atteler à de la poésie. Chose que je ne fais que très rarement. Mon choix s’est porté sur le recueil de Giacomo Leopardi, que je possède sur ma liseuse depuis trois ou quatre ans;

 

 

Synopsis

Vers 1816, au fin fond d’une province pontificale d’Italie du Nord, un jeune homme mélancolique, pétri de lectures érudites, s’apprête sans espoir à l’«oeuvre de sa vie». Ce jeune homme, c’est Giacomo Leopardi. Il écrit des poèmes renouant avec la plus haute tradition italienne, celle qui remonte à Pétrarque et au Tasse : en 1831 paraît la première édition des Canti. De la véhémence des premières canzones (A Angelo Mai, Brutus) aux méditations nocturnes des idylles (L’Infini, Le soir du jour de fête, A la lune), en passant par les grands poèmes philosophiques (Le genêt), le poète chante la solitude et l’exclusion, le temps répétitif et destructeur, le destin et la perte…

 

 

Mon avis

J’ai lu ce recueil en italien. J’avoue, j’ai eu peur de ramer un peu avec la langue, mais finalement ma lecture fut assez aisée, et même très agréable.

Les chants, c’est de la poésie. Une poésie qui se lit dans sa tête, tout haut. Une poésie qui m’a touchée, émue, aussi bien par sa sonorité que par le sens de ses mots. Et d’ailleurs, je suis ravie d’avoir pu la lire en italien, car si je ne doute pas que des traducteurs français ont du faire un très beau travail pour rendre le texte en français, lire des poèmes dans leur langue originale est toujours une expérience des plus enrichissantes.

A travers ces vers, Leopardi nous fait ressentir une profonde douleur, un désespoir. Oui, il y a du pessimisme dans la poésie de Leopardi. Mais l’auteur ne se limite pas à la tout voir en noir : il sublime se désespoir pour le transformer en un bonheur plus terrestre. S’émerveiller devant la beauté des paysages, pour contrer les pensées philosophiques et métaphysiques plus sombres.

Ce que j’ai particulièrement aimé dans ce recueil, c’est cette poésie à la fois très classique, avec ses accès de lyrisme, faisant penser à des vers proclamés de l’Antiquité Romaine, et son modernisme dans sa pensée, sa vision.

 

Si vous avez l’occasion, je ne peux que vous encourager à lire Les chants de Giacomo Leopardi.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

1 thought on “Chants / Canti. Giacomo Leopardi

  1. heureusement j’ai failli te l’offrir, je l’ai lu aussi en italien et la langue est très belle, la vie de Leopardi n’est pas un roman en revanche

Laisser un commentaire