Drôles de rencontres autour d’un livre

Bonjour, bonjour,

Je fais partie de cette caste appellée les lecteurs et lectrices dans les lieux publics. Vous savez, ces gens qui s’adonnent à la lecture hors de chez eux : les transports en commun, les salles d’attente, les cafés, les jardins… Or, à force de pratiquer cette activité, il m’est arrivé plusieurs fois d’avoir à faire à des réactions ou des réflexions étranges, énervantes, charmantes, enrichissantes, stupides, drôles…
J’avais donc envie de vous raconter ces rencontres impromptues.

 

Ces réflexions dont je me serais bien passée

Celle qui m’avait pris pour une fan d’Adolf.
Ce jour-là, j’étais dans le métro (notez que la plupart de mes histoires se déroulent dans le métro, en fait), et je lisais La part de l’autre, de Eric-Emmanuel Schmitt. Alors, ce roman, il parle de ce qu’aurait pu être la vie d’Hitler, et le monde, si Hitler avait été reçu aux Beaux-Arts. Bref, c’est de la fiction. Sur la couverture du livre, il y a un dessin de la tête d’Hitler. Mais madame n’a pas compris qu’il s’agissait d’un roman. Madame a cru que je lisais un livre du genre « Comment devenir une parfaite petite Nazie en 10 leçons ». Madame s’est scandalisée que je lise un tel livre dans les transports.
A part ça, je vous recommande chaudement ce roman que j’ai trouvé vraiment très intéressant.

 

« Ces gens qui ne lisent plus de classiques. »
On reste dans le métro. Cette fois-là, je lisais Le Diable vit à Notting Hill de Rachel Johnson. Une chick-lit que j’ai trouvé particulièrement nulle, mais là n’est pas le sujet. Là j’ai eu droit à la sexagénaire qui m’a déblatéré son « Les gens maintenant ils ne s’intéressent plus aux grands classiques, ils lisent que des livres faciles, ils ne connaissent plus la grande littérature, et patati et patata… ». Je lui ai répondu que premièrement, la littérature ne s’est pas arrêtée en 1960, deuxièmement, me sortir ce genre de discours alors qu’elle ne me connaissait pas était signe d’une très grande étroitesse d’esprit. Et que je n’ai pas à me justifier de ce que je lis.

 

La sous-littérature.
Le métro, troisième round. Dans mes mains, le roman de Samantha Bailly, A pile ou face. Sur la couverture, la photo du visage d’une adolescente. Madame en face de moi n’a pas traîné pour faire le raccourci : Adolescente = Livre pour adolescente = roman à l’eau de rose avec histoire d’amour pour adolescentes en émoi. Et de faire la réflexion que franchement, les adultes qui lisent des romans d’ados qui en plus n’est que de la sous-littérature, c’est quand même très curieux voir inquiétant.
Je cherchais une réponse bien sentie à lui rétorquer, mais entre-temps, Madame à sorti un magazine Marie-Claire (ou Femme actuelle, je ne sais plus) de son sac. Alors, j’ai rigolé. Ironiquement.

 

Le café, ce lieu de rencontres et d’échanges.
Quand je travaille de matinée, et que je finis à 13h45, j’aime bien aller me poser de temps en temps au café avec mon bouquin. D’ailleurs, dans ce célèbre café, il y a beaucoup de gens qui viennent seuls avec leur livre ou leur PC, pour se détendre ou pour travailler. Mais ce jour-là, un type a décidé que lire dans un café n’était pas une activité saine. Alors, il est venu à mon secours. Il m’a expliqué que les lieux publics comme ça, c’était fait pour rencontrer des gens, pour échanger. Qu’il faut venir avec ses amis, parce que venir toute seule c’est pas terrible, c’est mieux de discuter avec les gens… Tout ça tout ça, vous voyez ?
A une autre table, il y avait un groupe, et ça donnait à peu près ça
J’ai regardé cette table, j’ai regardé le type, nouveau regard vers le groupe, j’ai simplement dit au gars que ouais, c’était important de communiquer, puis je suis retournée à ma lecture.

 

Ces beaux moments de partages

Et puis, il y a ces échanges agréables, qui te mettent du baume au cœur, ce échanges pour lesquels je suis prête à mettre ma lecture de côté, parce que c’est aussi ça le bonheur…

 

Professeur improvisée de liseuse
Ce jour-là, à peine installée dans le métro, je sortais ma liseuse. Cela ne faisait pas 2 minutes que j’étais en train de lire, que la dame en face de moi me demande tout timidement : « excusez-moi, mais je peux vous demander si c’est bien la liseuse ? J’aimerais en offrir une à ma mère, mais j’hésite ». Et donc, me voilà lui parler de ma liseuse que je trouve foooormidable, et à lui faire des démonstrations, et elle de confirmer que ouais ça a l’air vraiment bien, que ça devrait plaire à sa mère et qu’à elle aussi d’ailleurs… et moi de lui expliquer que oui le catalogue est grand, et oui, oui si votre mère est fan des romans autobiographiques, elle trouvera forcément son compte, et bien sûr qu’il y a des romans jeunesses pour votre fille, oui peut-être que cela pourra lui donner envie de lire… Bref, elle est descendue du métro convaincue qu’elle devait acheter une liseuse à sa mère (et à elle-même ^^).

 

Synchronisation de lecture
Cela ne vous est jamais arrivé qu’une personne, dans les transports, lise le même livre que vous au même moment ? Moi oui ! Un jeune homme qui comme moi était en train de lire « Temps glaciaires » de Fred Vargas. Voyant qu’il était plus avancé que moi  dans le roman : « Haha, je pourrais vous spoiler, si j’étais sadique ! », qu’il me dit ! Non mais, oh ! quel toupet 😀 Voilà, c’était une petit moment furtif qui a duré 15 secondes, mais rigolo.

 

Le temps d’une photo
Cette fois-là, une jeune femme m’a interrompue : « je peux me permettre de prendre en photo le livre ? J’adore la couverture elle est intrigante ! » Mais oui faites donc ! Mais celui-ci c’est le tome 2, donc je vous suggère de commencer par le tome 1 : Aeternia, de Gabriel Katz. Et quand je lui ai dit que c’était de la fantasy : « oh lala ! il faut absolument que je l’achète !! »

 

Les cafés, ces lieux d’échanges.
Non mais faut pas croire ! Ce n’est pas parce que je suis dans un café en train de lire, que je me coupe forcément de toute civilisations… Par exemple, ce jour-là, j’étais en train de lire La voleuse de livres, de Markus Zusak, et quand une dame d’environ 70 ans m’a glissé que le roman l’avait touchée, et qu’elle avait pleuré devant le film, la conversation s’est engagée naturellement. On a parlé de Notre-Dame-de-Paris, parce que pour toutes les deux, c’est un des chefs d’œuvres de la littérature française, elle m’a vivement conseillé de lire Belle du Seigneur, lorsque je lui ai dit ne pas l’avoir lu… Et puis elle m’a déclaré que son dernier coup de cœur chez les nouveau auteurs étaient Timothée de Fombelle. Nous sommes d’accord qu’échanger avec une personne aussi ouverte culturellement ne peut être qu’enrichissant ! Un peu comme ma wish list qui s’est vue augmentée d’une quinzaine de livre 😀

 

Alors non, lire n’est pas forcément une activité qui t’oblige à rester dans ta bulle. Lire, c’est aussi échanger, c’est être confronté à des réactions stupides ou bizarres, c’est ajouter un sourire l’espace d’un instant, c’est découvrir de nouveaux horizons grâce à d’autres personnes…

Lire, c’est vivre sa vie !

Rendez-vous sur Hellocoton !

6 thoughts on “Drôles de rencontres autour d’un livre

  1. Bref, elle est descendue du métro convaincue qu’elle devait acheter une liseuse à sa mère (et à elle-même ^^). <<< Et c'est ton avis sur ta liseuse qui m'a donné envie d'en avoir une !!! 😀 Tu devrais demander une commission sur les ventes ! lol

  2. Je ne lis jamais dans les transports en commun (je n’y arrive pas…) mais tous ces témoignages, c’est super, drôle voire émouvant, merci pour le partage et je te souhaite une très bonne année 2018 avec de belles lectures et encore de belles rencontres 🙂

  3. Bon ben moi je te déconseille Belle du Seigneur. A moins que tu aies aimé des trucs style Mme Bovary. C’était le livre préféré d’une prof de français que j’aimais beaucoup mais je me suis bien ennuyée pendant 1000 pages que j’ai fini par lire en diagonale… Heureusement l’autre prof de français avait plus de lectures en commun avec moi, elle m’a conseillé entre autres les Grangé 🙂

  4. Merci pour cet excellent billet !!!
    L’anecdote sur La part de l’autre m’a rappelé quelques réactions de mon entourage lorsque je lisais ce roman, du genre : « Quoi ! Elle s’intéresse à Hitler ? » 😀
    Les beaux moments de partages que tu relates sont touchants, j’ai adoré les lire 😉

Laisser un commentaire