Métamorphoses de l’Italie depuis 1945. Anne Treca Perissich

Lors d’une masse critique Babelio, j’avais été particulièrement attirée par ce livre qui proposait un voyage politique et culturel dans l’Italie contemporaine.

 

 

Synopsis

Au fond, connaissons-nous vraiment nos voisins ? Que sait-on concrètement de l’Italie et des italiens, aux modes de vie et aux sensibilités pourtant si proches des nôtres ?
Que sait-on des événements qui ont marqué son histoire récente ? Des personnalités qui ont dessiné depuis la guerre son paysage politique ? Des conflits qui éclairent l’incroyable diversité de ce pays, des  » ces pays  » pourrait-on dire ! Car Milan, Rome, Naples ou Palerme sont des mondes en soi, des univers singuliers.
Ce décryptage d’une nation explosée et opaque, nous l’avons confié à une auteure franco-italienne, journaliste basée à Rome, fine observatrice des métamorphoses sociales et politiques.

 

Mon avis

Anne Treca Perissich nous propose de partir à la découverte de l’Italie actuelle. Et pour ce faire, elle a donné la paroles à 10 personnalités ayant une influence dans leur domaine respectif. Dix personnes qui vont livrer leur propre ressenti sur ce pays, son évolution, ses grandeurs, ses défauts…

J’ai trouvé la démarche intéressante dans le sens où l’on ne nous sert pas un stéréotype d’une Italie caricaturée se bornant à la Mafia et aux vieilles ruines romaines. Même s’il en est quand même un peu question à un moment (les caricatures ne viennent jamais de rien…).

Donc, j’ai lu les les témoignages les uns après les autres. J’ai apprécié découvrir cette Italie à travers leurs yeux, j’ai aimé en savoir plus sur le féminisme en Italie, sur cette lutte de pouvoir dans un pays en crise économique, sur cette éternelle lutte entre le Nord et le Sud qui prend automatiquement fin quand il s’agit de supporter la squadra azzura… Bref, s’immiscer dans ce pays aux cultures séculaires, qui semble toujours prêt à se disloquer et pourtant si uni a été une bonne expérience.

Mais ce qui m’a gêné dans ces témoignages, c’est leur unilatéralité. Parce qu’aussi différents que soient ces personnes, leur vision de l’Italie m’a semblé malgré tout très proche. En somme, cela manquait pour moi d’une certaine confrontation de perspective. Et je trouve dommage de faire témoigner dix personnes ayant toutes la même finalité de raisonnement.

Au final, cette lecture était intéressante, mais j’en attendais plus malgré tout.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire