Autre-Monde, tome 5 : Oz. Maxime Chattam

La lecture du 4ème tome de la saga Autre-Monde m’avait convaincu que je devais continuer sur ma lancée, et donc ne pas trop traîner pour m’attaquer au tome suivant.
Non, parce que vous comprenez, à la fin d’Entropia on nous dit qu’ils quittent l’Amérique pour aller en Europe. Et qu’en plus y a un traître, et puis qu’on sait pas trop ce qui les attend de l’autre côté de l’Atlantique.
Bref, j’étais toute joie à l’idée de repartir à l’aventure avec l’Alliance des trois

 

 

Synopsis

Cap sur l’Europe ! Pour tenter de vaincre Entropia, l’Alliance des Trois s’embarque pour le vieux continent. Objectif : mettre la main sur le Cœur de la Terre. Mais c’est un pays hostile qui les attend, où les Cyniks ont asservi les enfants. Obstacles, pièges, trahisons, les jeunes héros parviendront-ils à leurs fins ? Ou le chaos mortifère d’Entropia aura-t-il raison d’eux ? La quête de Matt, Ambre et Tobias est loin d’être terminée…

 

Mon avis

Ce cinquième tome est tout simplement mon préféré depuis le début de la saga.
Je disais du tome précédent qu’il avait marqué pour moi un tournant dans le sens où l’on quittait l’enfance pour se retrouver dans un monde plus de jeunes adultes. Et si l’on avait, par la même occasion, franchi le pas vers la fin d’une certaine innocence (que, soyons clairs, les pans avaient déjà plus ou moins perdu depuis longtemps), ce cinquième tome nous emmène dans un monde beaucoup plus sombre, plus cruel.

En effet, Matt, Tobias, Ambre et leurs amis vont ni plus ni moins se confronter à des Ozdultes (le pendant des Cyniks outre Atlantique… Des adultes quoi) cherchant qui le pouvoir, qui l’immortalité, qui à écraser les autres (oui, le pouvoir quoi). Ils vont découvrir des choses très moches. Car les altérations des pans intéressent fortement les Ozdultes, et ils ont trouvé le moyen de se les approprier. Et le moyen d’y parvenir n’est pas vraiment beau à voir… Mais bon. Matt et les autres ont des priorités : trouver le deuxième coeur de la terre, avant qu’il ne tombe dans de mauvaises mains. Et quand tu ne sais pas que tu ne peux pas avoir confiance à toutes les personnes de ton entourage le plus proche, et bien tu te dis que ça n’est pas gagné. En fait, tu te dis que ce n’est pas gagné, parce que tu sais qu’en face tu as de sacrés adversaires pas commode, mais tu ne sais pas encore que c’est pas gagné parce que dans ta propre équipe tu as des traîtres, et donc quand tu commences à douter que peut-être il y aurait un ou plusieurs traîtres dans tes proches, mais que à force de douter de tout, tu ne sais pas si tu deviens paranoïaque ou bien si tu vises juste, mais que tu ne veux pas inquiéter tout le monde, ni faire comprendre à l’éventuel traître que tu l’as démasqué, et que donc il va falloir mettre tout ça dans ta tête et ça c’est pas gagné, et que si tu te sens perdu dans cette longue phrase, que moi-même je ne sais plus vraiment où j’en suis dans mes pensées, et bien dis-toi que c’est à peu près l’état d’esprit de Matt pendant une bonne partie de cette aventure, ce qui te fait comprendre qu pour lui, les événements présents et à venir ne sont pas de tout repos.

Au niveau du scénario, finalement il n’y a pas vraiment de différence. Le schéma reste le même : Les pans filent droit vers un nouvel adversaire. Est-il plus ou moins méchant que le précédent ? Vont-ils être à la hauteur de l’affrontement ?
Sauf qu’on change de continent, et que certaines appellations changent.

Mais pour moi, la grosse différence avec ce tome, c’est que j’ai ressenti une réelle prise de conscience sur les similitudes entre l’univers d’Autre Monde et notre Monde réel à nous. Et je parle bien de prise de conscience. Parce que bien sûr que j’avais compris dès le début qu’il y avait un gros parallèle entre les deux. D’ailleurs, l’auteur l’évoque lui-même dans le récit. La pollution, les excès, la communication, la nature qui se venge… il en est question dès le premier tome. Mais ici, j’ai trouvé qu’il y avait quelque chose de plus réaliste, plus concret, par rapport aux tomes précédents.
Quelque part, j’ai l’impression que ce tome met autant l’accent sur le destin des protagonistes, et sur le côté fantastique de l’histoire, que sur le côté critique de notre société et de ce que tous les abus pourraient ou ont déjà engendrés. Ce qui montre bien que l’on a quitté le monde de l’enfance et de la naïveté pour rentrer dans une réflexion plus sociétale, à travers les péripéties de l’Alliance des trois.

Et puis, ce cinquième tome ne se termine pas aussi bien que les précédents (non pas qu’ils se terminaient dans la joie et la bonne humeur…). On sent qu’il y a une vraie cassure qui s’annonce. Et ça me donne encore plus envie d’aller lire le tome suivant.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire