Autre-Monde, tome 4 : Entropia. Maxime Chattam

La trilogie du premier cycle d’Autre-Monde m’avait beaucoup plu. J’avais aimé découvrir cet univers où les enfants et jeunes ados sont en première ligne. J’ai donc décidé pour 2017 de terminer cette saga, et donc de lire les quatre tomes restants. J’ai lu les tomes 4 et 5, et aujourd’hui, je vous parle du 4ème.

 

 

Synopsis

La guerre est finie. Entre Pans et Cyniks, condamnés à s’entendre, l’équilibre reste fragile. Pendant ce temps, au nord d’Eden, surgi d’on ne sait où, un impénétrable et mystérieux brouillard stagne comme une muraille. Entropia et ses pièges attendent désormais l’Alliance des trois… Cette deuxième époque entraîne le lecteur à la découverte du véritable ennemi des Pans : Entropia, essence même de la Grande Tempête qui a ravagé la planète. Les véritables enjeux d’Autre-Monde se dessinent peu à peu pour nos trois héros en quête de ce qui s’est vraiment passé.

 

Mon avis

Et bien quelle joie de retrouver Matt, Ambre et Tobias ! Voilà un trio que j’apprécie énormément. Et si l’on peut penser qu’il y a dans ce trio quelques clichés du genre, je trouve qu’ils ont une identité bien à eux, que ce soit en tant qu’individu ou bien en tant que groupe, et ça, pour l’histoire ça compte beaucoup.

Donc, la guerre entre les Pans et les Cyniks est terminée. Enfants et adultes s’entendent comme larrons en foire… ouais, non faut pas déconner non plus... Du moins on essaie de trouver des compromis… Du moins si les autres pouvaient trouver des compromis qui nous arrangent… Bref, vous l’aurez compris, la paix reste très fragile, et l’on sent qu’un rien pourrait la faire vaciller. D’ailleurs, certains sont prêts à provoquer ce rien.
Mais pour les Pans, un danger peut en cacher un autre. Et cette fois-ci, la menace vient du Nord (vers le Canada). Elle se présente sous forme d’orage, d’éclairs mystérieux, d’araignées, de Mort… Et elle les fait bien flipper.

Si dans les trois premiers tomes de la saga, les protagonistes étaient des enfants, avec ce nouveau cycle, j’ai l’impression de laisser des enfants derrière moi pour me retrouver avec des adolescents. D’ailleurs, les décisions des pans semblent souvent plus réfléchies, leur organisation s’avère plus structurée, et puis il y a une dimension politique qui prend toute son ampleur, lors des pourparlers avec les cyniks. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé suivre l’histoire de Zélie et Maylis en parallèle au groupe allant affronter les dangers du grand Nord.

D’une manière générale, j’ai trouvé que Maxime Chattam faisait évoluer ses personnages intelligemment. Il y a toujours l’enfant en chacun d’eux, se demandant ce qu’il fait là, pourquoi il est abandonné des adultes… et surtout, on peut trouver dans les mystères venant du Nord, toutes ces peurs si courantes chez des enfants : la mort, l’orage, les araignées…. Mais l’on voit tous ces protagonistes évoluer vers l’adolescence, tenter de se prendre en charge, de dompter ses peurs…Et d’avoir de l’attirance les uns pour les autres. Alors oui, j’ai eu peur au début qu’une historiette pseudo adolescente vienne prendre le dessus sur l’intrigue principale. Il n’en est rien ! Oui le cœur des Pans fait Boum Boum Boum, mais non, l’histoire ne parle pas que de ça.

Contrairement au tome précédent, j’ai trouvé que dans celui-ci il y avait plus de mystère. Dans le tome 3, je regrettais quelques ficelles un peu trop faciles, notamment sur l’identité de certains personnages. Ici, le suspens se fait plus dense concernant cette menace qui s’attaque aux Pans, et de ce fait, la lutte entre les deux s’avère plus incertaine, contrairement au premier cycle de la saga, qui avait un aspect un peu « facile » concernant le duel entre les pans et les cyniks. Ce qui ne manque pas d’augmenter le capital angoisse.

Donc, ce tome 4 m’a totalement convaincu que je dois aller jusqu’au bout de cette saga.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire