Les 81 frères. Romain D’Huissier

Il y a quelques années, j’ai découvert les éditions Critic grâce à un recueil de nouvelles de Thomas Geha. En plus de proposer des auteurs de qualité, je trouve la couverture de leurs livres particulièrement belles et soignées. Aussi, lors du salon du livre de Paris 2016, je suis allée faire un tour sur leur stand, afin de me laisser tenter. Et j’ai craqué pour Les 81 frères. Ouais, moi j’suis comme ça, je vise large : Un frère ne me suffit pas…

 

 

Synopsis

« Je vous préviens, ce n’est pas beau à voir, avait dit le légiste.
Un bel euphémisme. C’était une vision de cauchemar. »

Sous les néons de Hong Kong rôdent démons et fantômes.
C’est le quotidien de Johnny Kwan, exorciste. Mais quand un richissime amateur d’antiquités fait appel à lui pour récupérer un manuscrit de sorcellerie volé dans de mystérieuses circonstances, il ignore que de la réussite de son enquête dépendra l’ordre de tout ce qui vit sous le Ciel.
Atteint par la perte de son mentor Eric Tse, illustre exorciste brutalement assassiné, Johnny devra naviguer entre rois-dragons avides et triades vengeresses, mais également combattre ses propres démons.

 

Mon avis

Alors. Le scénario est peut-être un peu trop convenu. Je n’ai pas eu l’impression de lire une intrigue jamais explorée jusque là. Le personnage principal et son destin… euh oui ok il combat ses démons, et il n’est pas le premier à le faire..
Et donc, là tu te dis que je suis en train de descendre le livre. Et bien pas du tout ! Parce qu’en fait, je l’ai beaucoup aimée, moi, cette histoire…
Il y a un proverbe qui dit que c’est dans les vieux pots qu’on fait la meilleure soupe… Et il y a celui qui dit que c’est dans les intrigues les plus classiques qu’on fait les meilleures histoires.

Parce que, même s’il n’y a pas de rebondissements à chaque page, l’intrigue est suffisamment bien menée pour m’avoir tenu en haleine jusqu’à la fin, et surtout sans beaucoup de temps mort. En clair, je ne me suis pas du tout ennuyée.
Pourtant, je dois avouer que j’avais vraiment peur d’être larguée, et ce pour une raison toute simple : je ne connais rien à la culture Chinoise et/ou Hongkongaise. Le cinéma, les mythes, les traditions… Tout cela m’est totalement inconnu. Alors oui, je craignais de sentir perdue, de ne pas comprendre les clins d’oeil, les références etc. Bon, d’ailleurs je pense en avoir raté un bon paquet. Toutefois, cela ne m’a nullement empêché d’apprécier le roman, et j’ai même apprécié de découvrir la ville de Hong-Kong en compagnie de Johnny Kwan. Un peu moins en compagnie de certains démons, je l’avoue… Les descriptions de la ville ne sont pas nombreuses, mais je les ai trouvées particulièrement efficaces pour me mettre dans l’ambiance du roman. Sous ces descriptions, j’ai découvert une ville entre tradition et modernité, une ville avec ses fantômes du passé (plus ou moins sympathiques), et ça j’ai vraiment adoré. Plus que l’histoire en elle-même, en fait.
Oui, donc l’intrigue… Bah comme je disais, elle n’est pas révolutionnaire, mais elle est bien écrite, bien menée, elle avance bien et j’ai quand même pris plaisir à avancer dans l’enquête  en compagnie du protagoniste. En revanche, j’ai eu quelques problèmes avec Johnny. D’accord, c’est un pro, c’est un super exorciste, et il arrive bien à combattre les démons… mais justement, j’ai trouvé que dans l’ensemble il les combattait trop bien… je sais pas.. j’aurais bien aimé le voir galérer un peu plus parfois. Non pas que je sois sadique, enfin pas trop… quoique… Non, c’est juste que, ça aurait été plus fun s’il avait pu douter un peu plus par moment… Juste un peu.

Donc voilà. Ce roman est finalement assez classique, mais quand c’est bien écrit, c’est bien aussi une intrigue classique !
Et je lirai le prochain tome avec grand plaisir. (En espérant qu’il arrive encore plus de galère à ce cher Johnny… Voui, voui)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire