Le bâtard de Kosigan, Tome 2 : Le fou prend le roi. Fabien Cerutti

Il y a un an et demi de cela, je découvrais le très bon premier tome du Bâtard de Kosigan. J’avais bien évidemment profité du Salon du Livre de Paris pour me faire dédicacer le 2ème tome, qu’il me tardait de lire. Tellement de questions en suspens à la fin du 1er tome…

 

 

Synopsis

1340, au cœur du comté de Flandre. Alors que les premiers feux de la guerre de Cent Ans s’allument, le Bâtard de Kosigan et ses Loups se voient confier, par le sénéchal d’Angleterre, la délicate mission de découvrir les tenants et aboutissants d’un complot qui se trame… autour du roi de France.

Une enquête surprenante et extrêmement dangereuse, mêlant trahisons et forces obscures, dans laquelle l’ascendance surnaturelle du Bâtard, habituellement son plus grand atout, pourrait bien se muer en talon d’Achille.

Cinq siècles et demi plus tard, à la fin de l’année 1899, l’enquête engagée par le lointain descendant du chevalier tente de faire la lumière sur l’inexplicable disparition des puissances magiques. Entre Bruges et Lens, peut-être mettra-t-elle à jour la nature des ombres qui se dissimulent derrière les échos cachés de l’Histoire.

 

Mon avis

Et bien ce deuxième tome me plait tout autant que le précédent ! Je n’ai aucunement boudé mon plaisir.
L’histoire nous entraîne toujours entre Histoire de France et Fantasy. Et je dirais que le côté fantasy est encore plus présent que dans L’ombre du pouvoir, ce qui n’a pas été pour me déplaire. Parce que quelle que soit la dose de magie qu’il intègre dans son récit, l’auteur sait y faire pour rendre le tout crédible. Alors on a presque envie de croire que c’est Notre Histoire de France. Presque.

Pierre Cordwain de Kosigan, alial le bâtard de Kosigan se trouve toujours au coeur de l’action. Au sens propre du terme, car l’histoire nous emmène dans de multiples péripéties, à commencer par le sauvetage en grandes pompes de la fille du connétable. Et puis il y a l’assassinat du fils du Roi, et puis cette histoire de trahison… Mais qui trahit qui ? Qui décide quoi ? Qui est à la tête du pouvoir ? Des complots se trament à tous les niveaux, et notre bâtard aura fort à faire. Pour cela, on peut compter sur lui, car avec son fort caractère, le personnage sait y faire pour tirer la couverture à lui. Parfois même un peu trop, au détriment des personnages secondaires qui, pour le coup, passent parfois un peu trop au second plan. Pour certains, j’attendais tellement d’en découvrir un peu plus sur eux à la fin du premier tome, que je me suis sentie légèrement frustrée par leur manque de profondeur.

Et puis, il y a le second fil conducteur du récit : celui se déroulant au XIXème siècle. Dans le premier tome, j’avais trouvé cette partie moins prenante, j’ai eu de mal à m’y intéresser pleinement. Et bien dans ce second opus il n’en est rien ! Et pour moi c’est vraiment LE gros progrès de cette saga. Les relations entre les deux époques se font plus énigmatiques, plus intrigantes, mais en même temps plus claires, et donc plus passionnantes. Kergael de Kosigan, ou plus exactement sa correspondance, nous en apprend plus sur lui-même, sur ses recherches, et vraiment contrairement au tome 1, lorsque je débutais un chapitre concernant le récit au XIXème siècle, j’étais toute joie d’en apprendre d’avantage sur les avancées dans la recherche de la vérité autour de l’ancêtre Pierre Cordwain de Kosigan.

Encore une fois, j’ai aimé ce mélange entre Histoire et Fantasy. J’ai aimé suivre les aventures du Bâtard de Kosigan, mais aussi celles de son lointain descendant. Les jeux de pouvoirs sont omniprésents, il y a de l’intrigue et encore de l’intrigue.
Bref, vivement le tome suivant.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire