L’étrange mémoire de Rosa Masur. Vladimir Vertlib

Au début de l’été, les éditions Métailié ont eu la gentillesse de me faire parvenir L’étrange mémoire de Rosa Masur, de Vladimir Vertlib. Le résumé m’avait intrigué, et j’avais envie d’en savoir plus sur cette fameuse Rosa Masur. En plus, c’était l’occasion de découvrir un nouvel auteur.

 

 

Synopsis

Pour son 750e anniversaire, la petite ville de Gigricht en Allemagne décide de favoriser l’intégration des étrangers : 5000 marks sont offerts à ceux qui auraient quelque chose d’intéressant à raconter. Rosa Masur, vieille Juive russe à qui on ne la fait pas et dotée d’un sens de l’humour à toute épreuve, se porte candidate. Elle a l’anecdote du siècle. Un siècle qu’elle a vécu de bout en bout, avec ses révolutions, ses guerres mondiales, ses soubresauts. Petite Juive dans un village biélorusse où les pogroms ne sont jamais loin, jeune fille émancipée dans la Leningrad des années 20, ouvrière dans une usine textile, puis traductrice de l’allemand… Pendant l’interminable siège de la ville, mère de deux enfants, elle fait du bouillon avec la colle du papier peint, alors que ses voisins dévorent leur canari, ou pire ; après la guerre elle doit batailler pour que son fils puisse étudier, l’antisémitisme étant entre-temps revenu à la mode. Sorcières, apparatchiks, soldats, cannibales, passeurs, commères défilent dans une épopée menée tambour battant par une femme extraordinaire, drôle, intelligente, et qui n’a pas froid aux yeux. Même face à Staline. Vladimir Vertlib écrit là un grand roman russe, énergique, fascinant, qui vous emporte à sa suite aussi sûrement que le cours de l’Histoire.

 

Mon avis

Si vous ne connaissez pas encore Rosa Masur, alors n’hésitez pas à venir à sa rencontre, parce que c’est une sacrée bonne femme ! Vous en connaissez beaucoup, vous, des nonagénaires russes juives capables de vous faire rire en vous racontant leur vie durant la Guerre, la Shoah, la montée du nazisme, et toute la misère vécue ? Cependant, n’allez pas vous imaginer un roman comique, nous en sommes loin. Car ce n’est pas l’histoire en elle même qui fera sourire, mais sa narratrice, ou plus exactement son sacré tempérament.
En nous racontant son histoire, Rosa Masur explore le 20ème siècle russe, avec ses deux Guerres Mondiales, ses Révolutions, ses combats idéologiques. Entre l’antisémitisme, la montée du Stalinisme, les goulags, et toutes sortes de discriminations, ce n’est pas un portrait reluisant de la Russie, ni de notre Histoire que nous fait l’auteur. Mais voilà, c’est Rosa qui raconte, et si les faits n’en sont pas moins dramatiques, elle a le don, non pas de les rendre futiles, mais de ne pas surenchérir dans l’émotion.

Rosa est une femme intelligente. D’ailleurs, pour avoir survécu à tout ce qu’elle a traversé, il en faut certainement un minimum. C’est une femme qui ose, une débrouillarde. A cela aussi, elle doit certainement sa longévité. Mais c’est surtout une femme à l’imagination débordante. En en viendrait presque à douter de son récit, tant il est rocambolesque ! Mais les anecdotes sont tellement précises, qu’on se dit que c’est forcément vrai, car aussi fertile soit l’imagination, qui pourrait inventer une histoire pareille ?

Ce roman, c’est un savant mélange entre une vie de fiction et et notre Histoire du 20ème siècle. L’auteur a merveilleusement dosé les deux pour donner à son roman une dimension historique très riche en arrière plan, et une histoire fictive comme trame principale. J’ai vraiment pris plaisir à écouter Rosa Masur nous narrer sa vie tragi-comique à travers ce siècle.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire