Le silence des bombes. Jason Hewitt

En parcourant le catalogue du site Netgalley, je me suis arrêtée sur Le silence des bombes. Le titre, ainsi que le résumé, m’ont donné envie de lire cette histoire. Je remercie donc le site qui m’a donné la possibilité de lire ce roman. Et puis, je suis allée vérifier sur Livraddict si le roman étant déjà dans la base de données. Il y était, c’est parfait. Mais avec une note d’appréciation très moyenne, et des commentaires très mitigés. Bon… et bien reste plus qu’à me faire ma propre opinion…

 

 

Synopsis

Juillet 1940. La petite Lydia, 11 ans, traverse un village du Suffolk. Elle porte un masque à gaz. Les magasins sont fermés, les maisons vides, les fenêtres condamnées. Lydia coupe à travers champs et arrive bientôt devant une grande demeure. C’est là qu’elle a grandi. La fillette espère y retrouver sa famille, mais la maison est déserte. Plus tard, dans la nuit, un soldat portant un fusil et un uniforme anglais pénètre dans la maison. Avec un étrange accent, il lui explique qu’il ne lui fera pas de mal, mais qu’elle ne doit pas quitter les lieux et qu’elle doit obéir à certaines règles… Dit-il la vérité ? Que cherche-t-il ? Pourquoi lui semble-t-il aussi familier ? Et surtout, comment connaît-il le nom de Lydia ?

 

Mon avis

Voilà un roman bien curieux que Le silence des bombes !
Parce que oui, on s’y ennuie, non il ne se passe pas grand-chose, mais non, le livre n’est absolument pas chiant et longuet. Il y a effectivement ce sentiment d’ennui, mais pour moi, ce n’est pas dû au roman en lui-même, mais au récit. En effet, la majeure partie du roman se déroule en huis-clos en compagnie de deux personnages. L’auteur nous narre leurs vies, leurs flash-back, leurs craintes et doutes actuels… Le récit peut paraître désordonné, c’est vrai. Surtout ces moments où ils se remémorent leur passé, on a parfois l’impression que ça part dans tous les sens, qu’il n’y a pas  vraiment de fil conducteur. Et c’est justement ça qui m’a plu : j’ai trouvé que cela apportait beaucoup au réalisme de leur histoire respective.

Mais ce roman, c’est surtout une histoire psychologique. Car finalement qui sont Lydia et Heiden ? Ce sont deux personnes très différentes : Une enfant anglaise qui a perdu sa famille et se raccroche à ses souvenirs d’un côté. Un adulte allemand, qui rêvait de musique et de concert avec son violoncelle dans le tout Berlin, embarqué dans l’armée allemande de l’autre. Deux personnes aux destins différents, mais qui vont se retrouver à affronter cette Guerre, dont ils ne sont que des pions et des victimes, comme tant d’autres personnes. Et comme le dit le titre, on n’entend pas les bombes qui explosent, et pourtant, le spectre de la Guerre est omniprésent, et cela se ressent notamment dans le comportement de l’allemand, toujours aux aguets, se méfiant de tout ce qui lui semble potentiellement anormal.
J’ai été particulièrement touchée par ce soldat allemand, qui a peu à peu perdu confiance en l’humanité, au fur et à mesure qu’il se trouvait confronté à des actes d’une barbarie sans nom : trahison, viols, tueries… Il est alors facile de comprendre pourquoi il a eu envie de tuer Lydia à deux reprises, de peur qu’elle ne s’enfuie, parle, le dénonce. Mais, il est encore plus facile de comprendre pourquoi il ne l’a pas fait, car cet acte est au-delà de ses moyens. La relation de confiance entre les deux personnages a bien du mal à s’installer, on s’en doute, et c’est à travers ce prisme de la méfiance de l’autre que ce roman se dévoile le mieux selon moi.

En conclusion, je suis vraiment ravie d’avoir pu découvrir ce roman, certes pas parfait, mais bien singulier dans sa narration, et surtout qui a su me transmettre cette atmosphère oppressante d’attente et de peur vécue par les personnages.

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 thoughts on “Le silence des bombes. Jason Hewitt

  1. Un roman qui m’a bien surprise par le contenu et la façon de tourner le récit. Les personnages sont étonnants. Une bonne lecture pour moi , aussi. un beau billet. Merci.

Laisser un commentaire