Le livre des choses perdues. John Connolly

Il y a deux ou trois ans de cela, j’ai reçu lors d’un swap Le livre des choses perdues, de John Connolly. Sur le coup, j’étais super contente, parce qu’en plus j’avais été attirée, non seulement par le résumé, mais également par des nombreuses critiques élogieuses.
Et puis, je l’ai laissé dans ma bibliothèque… et d’une seul coup il ne m’attirait plus. Je n’avais plus envie de le lire. Pourquoi ? Je ne sais pas ! Mais je n’avais pas envie. Ce n’est qu’au début de l’année que je me suis décidée à le sortir de ma pal.

 

 

Synopsis

David a 12 ans et plus de maman. Son père s’est remarié et il a maintenant un demi-frère. C’est pour oublier tout cela qu’il se réfugie dans la lecture.
Une nuit, David entend sa mère l’appeler et découvre un passage caché derrière les buissons, au fond du jardin. Il se retrouve alors propulsé dans un univers parallèle, un monde étrange peuplé de trolls, de Sires-Loups et de créatures effrayantes…
Grâce à l’aide du Garde Forestier et d’un chevalier, David, après bien des épreuves – énigmes à résoudre, pièges à déjouer, combats à livrer -, rencontrera un vieux roi qui conserve ses secrets dans un livre mystérieux, Le Livre des choses perdues, clé qui lui permettrait de regagner le monde réel.
Mais l’Homme Biscornu, être maléfique qui épie David depuis son arrivée, ne l’entend pas de cette oreille. Il a pour le jeune garçon bien d’autres projets…

 

Mon avis

Alors, ai-je eu raison de rechigner à lire ce roman ? La réponse est clairement non ! Car bon sang ce que j’ai adoré ce livre !!!
Dès les premières pages, voir même les premières phrases, j’ai aimé ce livre, j’ai aimé le style de l’auteur, les personnages… Il m’a fallu très peu de temps pour complètement rentrer dans l’histoire. Et pourtant, ce livre m’a procuré bien des surprises, et pas forcément celles auxquelles je m’attendais.

L’histoire débute dans notre monde, en pleine Seconde Guerre Mondiale. David, 12 ans, veille sur sa mère, gravement malade, jusqu’à la mort de cette dernière. S’en suivent le deuil, l’acceptation ou la non-acceptation du décès, une nouvelle belle-mère, un petit frère, une nouvelle maison… En somme, beaucoup de choses pour un jeune homme d’une douzaine d’années. Et David va avoir du mal à trouver sa place dans cette nouvelle famille. Alors, quand il entend la voix de sa mère l’appeler, lui demandant de venir la chercher, l’occasion est certes curieuse, mais néanmoins trop belle pour quitter ce monde, et rejoindre celui des créatures imaginaires.

Evidemment, au début David trouve ça chouette de se retrouver dans un autre univers que le sien. Mais lorsqu’il se trouve contraint et forcé d’y rester, l’attraction n’est tout de suite pas la même. Car visiblement, tout ne monde ne souhaite pas voir le jeune garçon quitter les lieux, et sont même prêts à beaucoup pour l’obliger à rester. Va commencer alors pour David un long périple qui devra le mener jusqu’au roi, car lui seul à les moyens de faire sortir David de ce monde afin qu’il rejoigne celui de sa famille.

Vous pensiez tout connaître sur les contes pour enfant ? Vous étiez persuadés de connaître l’histoire de Blanche-Neige ou celle du Petit Chaperon rouge ? Que Nenni ? Car autour du périple de David, c’est une nouvelle interprétation des contes que nous propose John Connolly, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elles surprennent. Oubliez les jolies petites histoires où à la fin le chaperon rouge et la grand-mère sont libérées du méchant loup. Oubliez la douce et frêle Blanche-Neige au regard émerveillé… Ici, l’auteur nous propose un récit parfois très comique, mais souvent un récit qui fait froid dans le dos.
Mais bien sûr, cette réécriture de contes, si elle a son intérêt indéniable dans l’histoire, n’est pas le sujet principal de l’intrigue. En fait, elle ne fait qu’appuyer la quête de David pour rejoindre son monde. Et elle le fait très bien, les contes s’intègrent parfaitement dans l’histoire principale.
Ce nouvel univers que côtoie l’adolescent est effrayant à souhait, loin de la féerie qu’il aurait pu s’imaginer au début. Une façon pour l’auteur de nous faire toucher du doigt le fait que, souvent, l’herbe n’est pas plus verte chez le voisin ? Oui, je pense qu’il y a de cela. Mais pas que…

Ce que j’ai aimé avec ce livre, c’est qu’il s’adresse aussi bien à la part d’enfant qui est en chacun qu’à l’adulte que nous sommes ou seront plus tard. Il y a cette part de rêve, ces mystères qui, même s’ils prennent parfois des visages effrayants, nous incite à rester dans ce monde imaginaire. Parce que cela nous fait quitter notre quotidien, tout simplement. Alors voilà, j’avais envie, pour lui-même, que David atteigne sa mission rapidement, car la route était bien chaotique jusqu’au roi, mais en même temps, je dois avouer que rencontrer toutes ces créatures, certaines farfelues, d’autres carrément sordides, m’a procuré un plaisir immense.

En fin de compte, Le livre des choses perdues n’est pas exactement un roman jeunesse, mais plutôt un roman pour adulte désirant retourner en enfance le temps de quelques contes. Et pour moi, ça a super bien fonctionné.

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 thoughts on “Le livre des choses perdues. John Connolly

  1. Je garde un excellent souvenir de cette lecture ! Mais à ne pas laisser entre les mains des plus jeunes car c’est tout de même assez gore 😉 Jolie chronique, merci 🙂

Laisser un commentaire