Les chants de Maldoror. Lautréamont

Il y a quelques semaines de cela, ma copine Gagathe me parlait des chants de Maldoror, qu’elle était en train de lire, et je lui disais que justement, moi aussi j’avais très envie de lire cette oeuvre. Lorsqu’elle a partagé ses impressions sur sa chaîne booktube, j’ai eu encore plus envie de le lire.

 

 

Synopsis

Lorsqu’en 1869, sous le pseudonyme de Lautréamont, Ducasse fait imprimer Les Chants de Maldoror, c’est un texte inclassable que le jeune poète de vingt-trois ans offre aux lecteurs.
Cette épopée de la peur, des ténèbres et du mal, qui brandit son attirail de cruautés et fait sourdre un fond de terreur infantile dans les amples strophes de ses six chants, à sa parution demeura à peu près sans écho : il fallut donc attendre la redécouverte des surréalistes pour que ce livre où s’inaugure la transgression moderne prît sa vraie place.

 

Mon avis.

Bon. Vous parler de ce livre ne va pas être aisé, car son contenu est fichtrement obscur, aussi bien par son contenu que par sa forme. Obscur et complexe, certes, mais une oeuvre que j’ai trouvée génialissime.

Maldoror, c’est l’histoire du mal, de la cruauté, de la perversité. Au début, tu ne sais pas trop ce qu’il est ou qui il est, car il semble prendre différentes figures, se métamorphose d’une fois sur l’autre. Est-il un homme ? Est-ce une sorte d’âme du mal ? A la fin, tu n’en sais pas plus qu’au début, en fait… Et en plus, une fois il s’adresse directement au lecteur, en utilisant le Je, n’hésitant pas à partager avec son lectorat ses pensées les plus sombres. Et la fois suivante, le récit est raconté à la troisième personne, faisant de Maldoror un personnage plus distant, et donnant ainsi une impression de juger ou d’analyser les actes de Maldoror.

Un conseil, ne cherchez pas une intrigue dans ces chants, car il n’y en a pas. chaque chapitre raconte des bribes d’histoires, tour à tour cruel, tyrannique, sauvage…(ajoutez ici tous les synonyme du mot Mal). Ces hauts méfaits, qui parfois semblent n’avoir ni queue ni tête, sont entrecoupés des réflexions, bien souvent négatives, de Maldoror. Ou de l’auteur lui-même… on peut se poser la question, tant la frontière entre les deux apparaît par moment bien fine.

Alors voilà, Les chants de Madoror c’est sombre au possible, c’est une lecture qui ne se laisse pas apprivoiser facilement, mais c’est quand même vachement bien, parce que c’est diablement bien écrit.
D’abord ça s’appelle des chants, et le titre est juste, car il s’agit bien ici d’une épopée racontée en proses. C’est une sorte de chanson de gestes, un peu comme la chanson de Roland, mais avec un héros qui, au lieu de sauver des vies, fait le mal autour de lui.

Le texte part dans tous les sens, c’est vrai. Plusieurs fois, enfin, presque tout le temps, je me suis demandée où voulait en venir l’auteur, avec toutes ces digressions, avec ces actes d’une barbarie sans nom. J’ai été non pas choquée, mais abasourdie par les détails foisonnants de scènes macabres, dont les descriptions font tout simplement froid dans le dos. C’est une non-histoire obscure, mais bon sang qu’elle est bien écrite, cette non-histoire !! Même les passages les plus sordides sont emplis de poésie. Les mots sonnent beau et cru en même temps. Je me suis surprise à apprécier cette apologie du Mal, comme une vile tentation que l’on répugne à bannir. Je savais que les monstres étaient omniprésents, prêts à surgir à tout moment de cette lecture, mais je ne pouvais lâcher ce livre, parce que la prose de Lautréamont est belle, qu’il use de mille et unes façons pour tenir le lecteur en alerte. Quand ce n’est pas une description machiavéliquement belle d’un crime, mettant en avant toute son horreur, ce sont les pensées de Maldoror, et ses digressions intellectuelles qui prennent forme, et là encore, on se laisse porter par la prose. Enfin, il y a ces moments de pure poésie, où l’on se dit qu’enfin, Lautréamont laisse tomber son obscurantisme pour nous offrir quelques moments de répits. Avant de réaliser qu’en réalité, ce n’est que pour mieux prendre le lecteur à revers, et lui balancer de manière plus subtile la part sombre de Maldoror.

Essayer de comprendre Les chants de Maldoror, c’est limite impossible. Mais c’est quand même génial. En réalité, c’est génial par ce que c’est complètement tordu… et faut être tordu de vouloir absolument tout comprendre à cette oeuvre.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire