Black-out. John Lawton

Dernièrement, je vous ai parlé de La république du Catch, une BD que j’ai reçu par Babélio, dans le cadre du Polar SNCF 2016. Aujourd’hui, je vais vous causer du roman, reçu en même temps.
Parmi la liste des titres proposés, j’ai choisi Black-out pour son histoire se déroulant en Angleterre, pendant la seconde guerre Mondiale.

 

 

Synopsis

Londres, 1944. Alors que la Luftwaffe fait son assaut final sur la capitale britannique déjà exsangue, les Londoniens se précipitent dans les rues, cherchant un abri souterrain au cœur de la ville obscure. Lorsque le calme revient, d’autres horreurs refont surface… Un bras coupé est découvert par un groupe d’enfants jouant sur un site bombardé de l’East End ; et lorsque le sergent détective Frederick Troy de Scotland Yard arrive sur les lieux, il devient évident que le corps démembré n’est pas l’œuvre d’une fusée. Troy parvient à relier le bras coupé à la disparition d’un scientifique réfugié de l’Allemagne nazie. Il déterre alors une chaîne de secrets menant tout droit au haut commandement des Alliés, et pénètre les mystères d’un monde corrompu, peuplé de réfugiés apatrides, d’agents secrets et de femmes mystérieuses.

 

Mon avis

Alors… ça se passe en Angleterre, pendant la Guerre (et juste après), il y a du suspens, il y a des complots, avec pas mal de fils à démêler. Et j’ai grave kiffé !

Dès les premières pages, on est mis dans l’ambiance : une Londres à l’atmosphère pesante, dûe aux bombardements incessants. Une ville où chacun vit dans la crainte de la prochaine bombe prête à exploser. Des gens, des enfants livrés à eux-même. Et c’est dans ce cadre, qu’un bras va faire son apparition dans la gueule d’un chien. Sauf que le reste du corps n’est plus attaché au dit bras.
Le lieutenant Troy, attaché au prestigieux Scotland Yard, va avoir la lourde tâche de retrouver le reste du corps, et bien sûr de résoudre l’énigme du meurtre. Au final, il n’aura pas à résoudre un homicide, mais trois. Car entre temps, d’autres cadavres vont faire leur apparition.
Mais voilà. Au fil de son enquête, Troy va découvrir que tout le monde n’est pas prêt à livrer la vérité, que beaucoup de choses bizarres entravent ses investigations, y compris dans les plus hautes sphères.

Donc, ce roman va vous mener d’un cadavre à un autre, d’un complot au prochain, de non-dits à secrets d’état. Nous sommes à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, et déjà la Guerre Froide se fait sous-jacente. Black-out est un roman qui allie avec brio roman d’espionnage et Histoire.
J’ai aimé me retrouver dans cette Londres à l’ambiance perturbée par cette époque troublée. A chaque page j’ai ressenti les pavés de la ville, je me suis sentie confinée dans le métro, lieu de refuge à chaque bombardement. Bref, tout est réuni pour bâtir un roman d’espionnage des plus captivants.

Si j’ai aimé l’ambiance qui se dégage de ce roman, j’ai été également conquise par la plume de l’auteur.
D’un côté, il y a cette enquête menée tambour battant, avec ses complots, ses investigations, ses secrets, et de l’autre, il y a ce rythme d’écriture assez lent, qui prend son temps, presque redondant par moment. Mais ici, redondant n’a rien de péjoratif, car je trouve que cela s’adapte parfaitement à l’intrigue. Alors oui, des fois on a l’impression de faire du sur-place avec le lieutenant Troy, que l’enquête n’avance pas, voir que l’auteur fait durer le suspens. Mais c’est justement ça que j’ai adoré dans ce roman : cette opposition entre l’urgence de résoudre une affaire et un style littéraire qui possède ce je-ne-sais-quoi de flegme anglais.

Un roman que je conseille sans hésiter, bien entendu.

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 thoughts on “Black-out. John Lawton

Laisser un commentaire