Les apparences. Gillian Flynn

En 2015, je suis allée voir Gone Girl au cinéma. Ou peut-être en 2014, je ne sais plus. Mais peu importe ! J’ai kiffé, et je m’étais donc promis de lire le roman éponyme. Chose que j’ai faite.

 

 

Synopsis

« À quoi penses-tu ? Comment te sens-tu ? Qui es-tu ? Que nous sommes-nous fait l’un à l’autre ? Qu’est-ce qui nous attend ? Autant de questions qui, je suppose, surplombent tous les mariages, tels des nuages menaçants. »

Amy, une jolie jeune femme au foyer, et son mari Nick, propriétaire d’un bar, forment, selon toutes apparences, un couple idéal. Ils ont quitté New York deux ans plus tôt pour emménager dans la petite ville des bords du Mississipi où Nick a grandi. Le jour de leur cinquième anniversaire de mariage, en rentrant du travail, Nick découvre dans leur maison un chaos indescriptible : meubles renversés, cadres aux murs brisés, et aucune trace de sa femme. Quelque chose de grave est arrivée. Après qu’il a appelé les forces de l’ordre pour signaler la disparition d’Amy, la situation prend une tournure inattendue. Chaque petit secret, lâcheté, trahison quotidienne de la vie d’un couple commence en effet à prendre, sous les yeux impitoyables de la police, une importance inattendue et Nick ne tarde pas à devenir un suspect idéal. Alors qu’il essaie désespérément, de son côté, de retrouver Amy, il découvre qu’elle aussi cachait beaucoup de choses à son conjoint, certaines sans gravité et d’autres plus inquiétantes. Si leur mariage n’était pas aussi parfait qu’il le paraissait, Nick est néanmoins encore loin de se douter à quel point leur couple soi-disant idéal n’était qu’une illusion.

 

Mon avis

Dans la série « c’est rare, mais il arrive que le film soit largement au-dessus du livre », je vous présente Les apparences de Gillian Flynn. Parce que je n’ai pas détesté, mais je n’ai pas retrouvé les sensations ressenties pendant le film.

Des sensations du genre bien angoissantes

(Moi pendant le film)

Durant ma lecture, si j’ai bien eu quelques moments de stress, j’étais quand même trop souvent …

Surtout dans la première partie du récit. Pourtant, lorsque j’ai vu que le roman alternait les points de vue de Nick, avec le récit du journal intime d’Amy, je me suis dit que ce serait cool, que ça donnerait du peps à l’intrigue. Bah non ! Le début est long, j’avais franchement l’impression de stagner. J’ai eu l’impression que l’auteure se perdait un peu trop dans des détails qui n’étaient pas foncièrement nécessaire pour le récit. Du coup, ça perdait en fluidité.
L’autre problème que j’ai eu, c’est qu’au bout de 250 pages, les deux protagonistes me paraissaient toujours aussi distants et inconnus qu’au début du roman. Je ne doute pas un instant que l’effet était voulu par l’auteure, mais je ne sais pas… il y a un truc qui m’a gêné dans le processus.

Après cette longue première partie, la suite du roman devient plus intéressante. Les premiers vrais suspens arrivent enfin, et même si certains rebondissements sont attendus, je suis un peu plus entrée dans l’histoire. Les personnages se font plus machiavéliques, plus retors. Mais n’empêche que je n’étais quand même pas complètement convaincue par le côté suspens. J’avais trop l’impression de voir venir les choses. Un moment, j’ai pensé que cela pouvait venir du fait que j’avais vu le film, donc que j’avais une idée de ce qui allait se passer, en réalité, je suis persuadée que non, qu’il y avait vraiment dans le récit quelque chose qui me manquait.

Enfin, la troisième partie du roman, celle des révélations et autres retournements de situation, elle m’a vraiment surprise, pratiquement autant que le film. La fin est étonnante car finalement il n’y en a pas vraiment, et qu’elle nous laisse sur le qui-vive, avec pas mal de questions en suspens. Et moi, j’aime ça !

Donc, ce roman présente trois parties assez inégales dans le récit et dans leur efficacité narratrice. L’intrigue de départ était pourtant super bonne, l’idée de la fin est excellent également. Malheureusement, le chemin tracé par l’auteure entre le début et la fin m’a semblé bien compliqué, mais compliqué inutilement. Quand je lis un thriller, j’aime le fait que l’auteur ou le personnage me balade, me fasse perdre mes repères. Le problèmes, c’est qu’ici, je ne me suis pas vraiment sentie à l’aise, je trouvais que le fil conducteur du récit était trop entortillé pour bien saisir les tenants et les aboutissants.
Avec tout ça, je suis passée en partie à côté de l’histoire, je n’ai pas éprouvé l’angoisse ressentie pendant le film, je n’ai eu aucune sympathie ni empathie pour les personnages, qui me sont restés trop éloignés.

En résumé, je reste sur une impression assez mitigée. Le récit est bien trop long et se perd en détails, laissant parfois de côté l’essentiel.
En revanche, je revisionnerais bien le film !

Rendez-vous sur Hellocoton !

1 thought on “Les apparences. Gillian Flynn

Laisser un commentaire