Aeternia, tome 2. Gabriel Katz

Cet été, j’ai lu le tome 1 d’Aeternia, de Gabriel Katz. J’avais adoré le roman, j’étais conquise et en même temps frustrée par la fin de cette première partie, et n’avais qu’une envie : lire la suite le plus rapidement possible. Alors, quand Livraddict a proposé le tome 2 en partenariat, j’ai immédiatement postulé. Donc, merci à Livraddict, ainsi qu’aux éditions Scrinéo de m’avoir permis de lire la suite de cette histoire.

 

 

Synopsis

C’est l’heure du duel décisif entre les deux camps qui s’entredéchirent pour la cité mère de Kyrenia. Deux champions vont s’affronter sur le sable de l’arène, un combat qui peut faire basculer le destin d’un peuple entier. Mais quelques heures à peine avant le coup de gong, le culte du Prophète a perdu son champion. Qui affrontera le Corbeau, redoutable gladiateur du Temple ?
Déchirée par les luttes de pouvoir, la plus grande cité du monde est au bord de la guerre civile. Le culte millénaire de la Grand déesse, menacé par celui d’Ochin qui se répand comme un raz-de-marée, n’a plus qu’un recours : la violence. Entre complots, combats et trahisons, chacun lutte pour sauver sa place et parfois sa vie…

 

Mon avis

Préambule : s’agissant d’un tome 2, des spoilers sont susceptibles d’être présents dans cette critique.

Le premier tome s’achevait sur une promesse d’affrontement entre Leth Marek et Le corbeau, un gladiateur aussi terrifiant que redoutable. Chaque combattant représente un culte, le gagnant donnant ainsi le privilège à son clan de s’établir dans la ville. Encore faut-il que le combat ait lieu, car visiblement, tout le monde ne semble pas de cet avis, puisque Leth Marek est assassiné. Il faut alors lui trouver un remplaçant…

Si dans le premier tome, il était surtout question de vengeance personnelle, dans le deuxième on va assister à une lutte politico religieuse des plus radicales et impressionnantes. La trame de l’histoire reste la même, mais elle s’intensifie, se fait plus nette, et cependant se révèle de plus en plus sombre en son cœur.
Leth Marek étant mort, c’est Desmeon qui prend sa place de combattant, et en conséquence la place de personnage principal. J’avoue que je ne m’attendais pas à ce qu’il soit désigné comme protagoniste de l’histoire. Je l’avais apprécié dans le premier tome, j’avais aimé le mystère qui l’entourait et me doutait qu’il avait pas mal de choses à cacher, mais ce fut une surprise de le voir au devant de la scène. Une surprise très agréable, cependant ! Car bien que très différent de Leth Marek, c’est un sacré personnage, lui aussi ! En plus d’être un combattant hors-pair, Dez fait montre d’un humour à toute épreuve. Une gouaille aussi aiguisée que ses couteaux. Et le bougre il sait se servir de ses qualités. Or, dans ce monde où la discorde règne en maîtresse des lieux, il vaut mieux savoir tirer son épingle du jeu.

En ces sombres temps à Kyrenia, tout est question de pouvoir, de domination, de lutte, d’intrigue, de supercherie… Mais il est surtout question d’imposer Son Dieu ou Sa Déesse. Et pour ça, chacun est prêt à tout, surtout au pire. Et le pire, ça fait peur. Très peur ! Meurtres gratuits, manipulation de masse, ou encore menaces, le tout pour inciter les gens à croire à tel ou tel culte. Cela a quand même tendance à évoquer des faits très contemporains. Mais aussi de bien plus anciens. Et c’est là que tu te rends compte que ce roman a beau être de la Fantasy, il a néanmoins un fond très réaliste et hélas intemporel.

Tout cela nous donne l’occasion de rencontrer des personnages plus ou moins sympathiques, dont certains déjà croisés dans le tome 1. Tout d’abord, il y a Varian, ce jeune prêtre chroniqueur très ambitieux. Dans le premier tome il m’avait bien plu, et je m’attendais à le retrouver dans la suite. Malheureusement, j’ai trouvé qu’il n’était pas suffisamment présent dans cette suite. J’aurais aimé qu’il prenne plus de place dans les événements. Il y a ensuite Synden, cette prostituée qui s’est retrouvée en très mauvaise posture. Enfin, c’est surtout le temple qui était dans de sales draps… J’ai aimé découvrir sa personnalité et je l’ai trouvée dans l’ensemble plutôt intéressante. Enfin, il y a Nessyria, la jeune prêtresse.  Elle est sans conteste mon personnage secondaire préféré. J’ai aimé son ambiguité aussi bien envers l’histoire qu’envers elle-même.

En conclusion, cette suite était à la hauteur de mes espérances, et même au-delà. J’ai retrouvé une intrigue complexe, dont chaque personnage semble tirer les ficelles, des rebondissements, des retournements de situations à chaque instant, une réflexion sur la Religion bien d’actualité, des personnages des plus intéressants… Et le tout servi par la très belle plume de Gabriel Katz. Une duologie à lire pour tout appréciateur de fantasy.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire