Si on parlait de… Rencontrer les auteurs

Sur son blog, La tête dans les livres propose tous les 15 jours de s’attarder autour d’un thème relatif à la lecture ou au blogging. Même s’il est vrai que je n’y participe pas souvent, je trouve cette idée très bonne. Cela permet d’échanger autrement, toujours autour d’une passion commune qu’est la lecture. Pour en savoir plus, je vous enjoints de cliquer sur ce lien.

 

Le thème du jour : Rencontrer les auteurs

 

Rencontrer un auteur, aller à une dédicace… Voilà une chose qui, il y a quelques années, ne m’était même pas venue à l’idée. Non pas que je considérais les auteurs comme inaccessibles, mais tout simplement, je n’y songeais pas.
Puis, j’ai commencé à m’intéresser à la blogosphère, aux forums littéraires. Et mon premier blog est arrivé, et avec lui l’envie de plus partager mon goût des livres, de la lecture… J’ai commencé également à m’intéresser de plus prêts aux petites librairies, autres que les grandes enseignes.

Ai-je commencé par m’intéresser aux petites librairies avant de créer mon blog, ou est-ce le contraire, je ne me souviens plus. Mais qu’importe, car c’est grâce aux deux que j’ai eu envie de rencontrer des auteurs.

Des auteurs, je n’en ai pas rencontrés énormément. Une des raisons est que je suis hyper timide, que j’ai peur de ne pas savoir quoi dire, ou de dire des conneries de platitudes. Mais les quelques rencontres que j’ai faites m’ont toutes positivement marquées, chacune à leur manière.
Je vous en raconte quelques unes ?

 

Ma première rencontre fut avec Vincent Gessler, à la librairie Scylla.
Vincent Gessler est un auteur suisse que j’avais découvert avec son roman Cygnis. J’avais adoré l’univers, l’histoire, le style. J’ai donc saisi l’occasion d’aller le rencontrer. Donc moi, j’suis arrivée toute timide dans la librairie, le libraire me présente l’auteur, qui vient spontanément vers moi, « Bonjour, je me présente, Vincent Gessler. On se fait la bise ? ». « Euh… enchantée moi c’est Céline. Euh… oui, faisons nous la bise ». Puis, on a discuté de Cygnis, il m’a parlé de son nouveau roman Mimosa, on a causé d’autres trucs. Cette première rencontre fut agréable et de bonne augure pour moi, me donnant envie de renouveler l’expérience.
Envie d’en savoir plus sur Cygnis ?

 

Le deuxième auteur que j’ai rencontré fut Jérôme Noirez.
Une expérience bien différente de la première, car Jérôme était plus réservé, moins causant. Mais son attitude ne démentait pas le fait qu’il avait l’air très heureux de rencontrer son lectorat. Même si je n’ai pratiquement pas échangé avec Jérôme, le simple fait de lire dans ses yeux la satisfaction qu’il avait d’échanger avec son lectorat était déjà beaucoup.
Son livre Le diapason des mots et des misères

 

Ensuite, j’ai rencontré Jean-Marc Agrati.
C’était lors d’une Dystopiale organisée à la librairie Charybde. Et ça, ce fut un grand moment !
A cette Dystopiale, il y avait plusieurs auteurs venus rencontrer les lecteurs et dédicacer leurs livres. Des auteurs présents, je n’en connaissais aucun. C’était l’opportunité de découvrir de nouvelles plumes. Bref, je suis arrivée, j’ai fait mon petit tour dans les rayons, ai vu ce livre « Le chien a des choses à dire », dont le titre et la couverture m’ont plus, je l’ai pris. Un des libraires me voyant avec le livre en main, me présente l’auteur, Jean-Marc Agrati. On a discuté de chien, de librairies, de quatrième de couverture que parfois il faut mieux ne pas lire, d’illustrateurs, de livres cornés et abîmés… bref de plein de choses. A la fin, je n’avais toujours aucune idée du contenu du livre, mais j’avais une furieuse envie de le lire. Parce que quand tu rencontres un homme comme Jean-Marc Agrati, tu te dis que ces livres ne peuvent pas faire dans la dentelle, que ça doit swinguer pas mal. Et j’ai eu entièrement raison…
Pour découvrir Le chien a des choses à dire

 

Lors du salon du livre 2014, j’ai vu Sire Cédric.
Pour tout vous dire, au début je ne pensais même pas me faire dédicacer quoi que ce soit lors du salon du livre. Faire la queue 1 heure juste pour une signature… oui, mais non ! Et puis, je passe devant le stand où se trouvait Sire Cédric. Il y avait beaucoup, beaucoup de monde. Dans un premier temps, j’ai acheté un de ses romans. Ensuite j’ai hésité… j’attends pour la dédicace ou non ? Oh et puis allez ! Pour une fois je vais le faire. En plus, il paraît qu’il est super sympa. Et donc, j’ai patienté, pas loin d’une heure je crois. Moi et mon manteau vert, au milieu d’un lectorat attifé de vêtements plus… gothiques dirons-nous. C’est sûr que le style Sire Cédric s’apparente plus au noir qu’aux couleurs châtoyantes :D. Arrive mon tour. Dix secondes avant, je ne savais toujours pas ce que j’allais lui dire, à part « bonjour, je m’appelle Céline et j’adore vos romans ». Arrivée devant lui, c’est grosso modo ce que je lui ai dit, avant d’ajouter « sauf Angemort, un peu trop spécial à mon goût ». Rassurez-vous, il n’a pas du tout mal pris la chose, s’en est même amusé en me disant que je n’étais pas la seule et que effectivement, Angemort était un roman à part. Vu le monde qui attendait encore derrière, nous n’avons pas parlé longtemps, mais assez pour échanger nos points de vue sur Eva Svarta, sur le côté horreur dont je ne suis pas fan en film, mais qui en littérature me plait énormément… Et Sire Cédric, tout étonné que tant de gens veuillent le rencontrer… et l’auteur tellement sympa qu’à 17h30 il était toujours là, prêt à accueillir toutes les personnes qui patientaient, alors que la dédicace devait se terminer à 17h. Un auteur, dont le succès et le talent n’est plus à démontrer, mais toujours aussi heureux de rencontrer son public.
Le livre qui m’a fait connaître Sire Cédric

 

Pendant le salon du livre 2015, je suis allée voir Thomas Geha, alias Xavier Rollo.
J’ai fait la connaissance de cet auteur grâce à son recueil de nouvelles Les créateurs. J’avais aimé le style, la poésie. J’ai ensuite lu le premier tome de A comme Alone. J’ai vu qu’il avait un style d’humour qui me plaisait bien. Par la suite, j’ai acheté American Fays, qu’il a coécrit avec Anne Fakhouri. Lors de ma visite au salon, je n’avais pas encore lu American Fays. Et, quand j’ai vu qu’il était présent au salon, j’ai eu envie d’aller le voir, de discuter avec lui. Nous avons donc discuté. Je lui ai dit comment j’avais fais connaissance de ses romans et nouvelles. On en est venus à parler de blogs, de partages, de réseaux sociaux. Il m’a remercié d’avoir parlé de ses livres sur mon blog, me disant la satisfaction que cela représente pour un auteur quand un lecteur partage son enthousiasme… et même si la personne n’a pas forcément aimé, le simple fait que l’on s’y intéresse est déjà une belle chose. J’ai beaucoup aimé parler avec Xavier Rollo, et j’espère sincèrement avoir l’opportunité de le croiser à nouveau.
Découvrez son recueil de nouvelles : Les créateurs

 

Donc voilà, comme vous pouvez le constater, chaque rencontre est unique. J’ai été touchée par le fait que tous ces auteurs étaient réellement ravis de rencontrer les lecteurs. Chacun a pris le temps d’échanger, et à aucun moment je ne me suis sentie comme un simple porte-feuille sur pattes, bonne à débourser des sous pour acheter leur livre. Même si pour l’auteur, vendre son livre est le but du jeu, j’ai vraiment senti qu’ils faisaient passer le partage et l’émotion avant tout.
Tout ça, moi j’dis que ça donne envie d’aller à la rencontre d’autres auteurs 🙂

Et vous ? Vous avez déjà rencontré des auteurs ? Vous aimez ces moments de partage ?

Dans 15 jours, on se retrouve pour un nouveau thème qui est : Lire en V.O.

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 thoughts on “Si on parlait de… Rencontrer les auteurs

  1. Le tout premier que j’ai rencontré était une femme, à la bibliothèque locale qui avait organisé la rencontre. Je me souviens d’une dame très gentille qui nous discutait avec nous de ce qu’elle avait voulu faire passer comme message(s) dans son ouvrage, de ce que nous avions aimé ou pas. C’était un livre pour enfants que j’avais lu aussi (je devais avoir 7 ans) et bien aimé. Je ne me souviens pas d’avoir posé de question, c’était plus les adultes qui parlaient avec elle, mais c’était sympa de voir en vrai quelqu’un qui avait écrit un livre que j’avais lu. Ensuite pendant des années je n’ai pas rencontré d’auteurs, jusqu’à ce que j’arrive à Nancy pour mes études : là j’ai pu profiter entre autres du Livre sur la Place et des Imaginales chaque année ou presque.
    Même si ce sont des moments que j’attends avec impatience j’ai toujours le problème de ne pas toujours savoir quoi dire à certains auteurs, soit que je n’ai pas aimé leurs livres, soit que j’ai aimé mais sans avoir de choses très précises à dire dessus, soit que leurs livres me tentent mais que je ne suis pas sûre de les leur acheter au final ! J’hésite toujours à venir papoter lorsque je n’ai pas l’intention d’acheter, sauf si l’auteur n’a vraiment personne devant lui, là au moins je peux me déculpabiliser en me disant que je ne lui fait pas « rater de ventes ».
    Au final je me retrouve régulièrement à échanger 3 mots avec un auteur que j’adore, ou au contraire à bavarder 10 minutes avec un autre que je ne connais pas ! Parfois ça amène à connaître de nouveaux auteurs.

  2. J’aime bien tes diverses anecdotes ! En effet, j’ai un processus particulier (si je lis pas un livre, j’y vais pas) que je veux casser car je dois louper pas mal de choses. Ton avis me conforte dans cette idée !

  3. Oh merci beaucoup pour cet article, je trouve ça vraiment super toutes ces belles rencontres que tu as faites! Et je trouve ça super intéressant d’avoir décrit ce que tu leurs avais dit et comment tu les as découverts 🙂

Laisser un commentaire