Si on parlait de… comment j’écris mes chroniques

Sur son blog, La tête dans les livres propose tous les 15 jours de s’attarder autour d’un thème relatif à la lecture ou au blogging. Même si pour l’instant je n’y ai participé qu’une seule fois, je trouve cette idée très bonne. Cela permet d’échanger autrement, toujours autour d’une passion commune qu’est la lecture. Pour en savoir plus, je vous enjoints de cliquer sur ce lien.

 

Aujourd’hui, le thème proposé est : Si on parlait de… comment j’écris mes chroniques.

Alors. Pour être honnête, jusqu’à présent je ne m’étais jamais vraiment posée la question de savoir si j’avais une « méthode » pour écrire mes chroniques. De but en blanc, j’aurais répondu que mes chroniques, je les écris à l’arrache, sans vraiment les préparer avant. Ce qui est en partie vrai, mais pas totalement.

 

Pendant ma lecture

Lorsque je lis un livre, je ne prends jamais de notes. Je ne me vois pas appréhender un roman en fonction d’une critique future. Pour moi, lire un livre c’est s’immerger dans l’univers de l’auteur, c’est côtoyer des personnages, c’est découvrir le style d’écriture, la plume d’un auteur. Je lis en premier lieu pour mon plaisir, et non pour chroniquer un livre, même s’il est vrai que je parle de quasiment tout ce que je lis. A quelques exceptions près.

 

Une fois ma lecture finie

Là encore, je ne me précipite pas sur mon clavier ou mon carnet pour jeter mes premières impressions, mais je fais un travail de réflexion avec moi-même. Et parfois, je vous assure que je me fais de grands débats dans ma tête. Ou tout haut, aussi ^^. Je ne sais pas pourquoi, mais je n’aime pas gribouiller des brouillons de chroniques. Je préfère y penser tranquillement oralement. On pourrait penser que le fait d’écrire me permettrait d’organiser mes idées, mais en fait non, j’ai plus l’impression de partir dans tous les sens et de ne pas réussir à me centrer sur ce que je veux faire passer.

 

Et puis un jour…

Je me mets devant mon clavier, et je rédige ma chronique.
Cela peut être dans les trois heures qui suivent la fin de ma lecture… comme un mois plus tard. Tout dépend si j’ai besoin d’en parler tout de suite, ou si je souhaite avant digérer ma lecture, s’il s’agit d’une lecture commune, ou bien d’un partenariat….

Lors de ma rédaction, j’ai mes rituels immuables.
Une petite introduction expliquant comment j’ai acquis le livre, pourquoi j’ai eu envie de le lire là maintenant, l’état d’esprit dans lequel j’ai abordé le roman. En soit, cela n’est peut-être pas super passionnant, mais j’aime bien situer le contexte avec une petite intro personnelle.
Ensuite, je mets une photo du livre, généralement prise sur le site Livraddict. Puis je copie le synopsis, directement à partir du livre, ou bien depuis Livraddict, toujours.
Enfin, je rédige mon avis. Et là, j’y vais d’un seul jet, sans brouillon, sans pause, avec juste mes réflexions antérieures.

Et j’y parle de quoi dans mes chroniques ?
Selon le livre, mon ressenti, mon humeur du moment, mes chroniques sont plus ou moins longues, plus ou moins élaborées. Avec le recul, certaines me plaisent beaucoup, alors que d’autres me semblent bien maigrelettes. Mais quelle qu’elle soit, je ne reviens jamais sur un avis, car c’est mon ressenti à un instant T, et je tiens à ce que cela reste comme cela.
Dans mes avis, je m’obstine à rester dans un cadre général de l’histoire, et ne rentre que très rarement dans les détails. Mise à part quelques exceptions, je m’abstiens de tout spoiler, laissant ainsi la possibilité à chacun de découvrir l’histoire par lui-même.
S’il est important pour moi de parler du contexte du récit, de l’histoire en elle-même ou encore de vous toucher quelques mots sur les protagonistes, il me tient à cœur de toujours m’exprimer sur le style de l’auteur. Plus ou moins longuement, certes, mais je ne manque jamais l’occasion d’en parler. Et oui ! Pour moi le style compte autant que l’histoire.
Concernant les personnages, je ne m’oblige en rien. Il peut m’arriver d’écrire des lignes et des lignes juste pour dire que j’ai adoré ou détesté le personnage principal, comme je peux me borner à une simple phrase, parce que je n’ai rien de spécial à en dire.
En tout état de cause, je tiens à mettre l’accent sur mes impressions générales, et n’hésite pas à occulter des points importants si je n’ai rien de pertinent à en dire. D’où des chroniques plus ou moins longues.  Mais surtout, je m’efforce d’écrire dans un français grammaticalement correct. J’essaie de soigner un minimum mon style et mon orthographe.
Enfin, une petite phrase de conclusion, pour recommander le livre, le déconseiller, faire une petite suggestion, annoncer que je lirai ou non la suite de la saga…

 

Avant la publication

Une relecture pour vérifier qu’il n’y a pas de fautes (parce que des chroniques littéraires bourrées de fautes, ça m’horripile)
Une mise en page avec les titres en gras et en couleur.
Et hop ! C’est envoyé.

Au final, la rédaction pure d’une chronique peut me prendre 15 minutes, comme 2 heures.  Mais quelle que soit le temps que cela me demande, je prends toujours un immense plaisir à les rédiger.

Le prochain rendez-vous sera le 23 Août et aura pour thème : si on parlait… d’emprunter des livres. Un thème qui me plaît beaucoup.

Rendez-vous sur Hellocoton !

6 thoughts on “Si on parlait de… comment j’écris mes chroniques

  1. On a la même façon de procéder on dirait ! Même si je chronique de moins en moins souvent les bouquins que je lis, je suis toujours une dévoreuse de livres 🙂

    1. bah, tu sais, je ne fais plus d’article sur les cosmétos et autres produits de beauté, pourtant je me lave tous les jours 😀
      Sinon, j’espère que la fin de ta grossesse se passe bien ! Bisous miss 🙂

  2. C’est vrai que moi aussi je prends beaucoup de plaisir à rédiger mes chroniques et je ne reviens jamais dessus même s’il peut arriver que quelques mois plus tard je me dise « finalement ce livre n’était pas si top, je m’en souviens à peine » ou alors « finalement c’était génial, j’y pense encore! ». Moi aussi j’essaye de soigner la grammaire et l’orthographe mais pas toujours facile… Merci pour ta participation 🙂

  3. Je ne connaissais pas le « Si on parlait de… », l’idée et le thème m’intéressent assez alors peut-être que je me lancerai d’ici quelques jours ! Mais comme je t’envie d’être capable de tout rédiger en une seule fois…

  4. Contrairement à toi, je rédige à l’écrit plutôt que de me faire le topo oralement. En tout cas, je fais la même chose pour les personnages : j’en parle plus ou moins selon mon ressenti, laissant parfois juste une phrase disant que les personnages sont corrects, sympathiques ou creux. Tout dépend des fois. 🙂

Laisser un commentaire