Si on parlait de… Services presses

Un dimanche sur deux, La tête dans les livres publie un rendez-vous où l’on parle de livres, de bibliothèques, de lectures… bref de plein de choses. Le but étant d’échanger son point de vue sur un sujet donné. Pour en savoir plus, je vous invite à aller faire un petit tour sur son blog.

 

 

Cette semaine, (donc hier), nous allons parler de…

Services Presses

 

Quand j’ai créé mon blog, je ne savais même pas que les services presses existaient. Enfin si, mais j’étais persuadée que c’était réservé aux professionnels. Ensuite, j’ai fait la découverte de livraddict, et là encore, j’ai mis un certain temps avant m’intéresser aux SP et autres partenariats. Jusqu’au jour où j’ai découvert qu’en fait, tout le monde pouvait y participer.
J’ai donc commencé à m’y intéresser de plus près, et la première raison qui m’a amenée à vouloir en faire c’est le fait de recevoir des livres gratuits. Comme beaucoup d’entre nous, avouons-le. Voir sa bibliothèque se remplir sans débourser de pécule, c’est quand même sacrément tentant. Alors ok, il y a une contrepartie, il faut rédiger une chronique sur sa lecture, et la plupart du temps le faire dans le mois qui suit la réception. Mais pour moi, cette contrepartie n’a rien de contraignant.

C’est donc avec Livraddict que j’ai obtenu mon premier partenariat. En plus avec un livre génial aussi bien pour l’objet que pour le contenu. Ce livre, c’était De fièvre et de sang, de Sir Cédric. Ensuite, j’ai continué à participer aux partenariats sur Livraddict, quand un livre m’intéressait. Parallèlement, j’ai fait la connaissance de Babelio, et de ses masses critiques. Là aussi, je participe régulièrement.
Et un jour, j’ai reçu un mail d’une maison d’édition me demandant si j’étais intéressée pour participer à un service presse régulier. Stupeur !! Donc, mes ptites chroniques sont assez intéressantes pour qu’on me propose un service presse ? Que je me dis ! C’était la première fois qu’un éditeur me contactait, et j’ai dit oui immédiatement. Sans vraiment réfléchir. Il s’agit de Folio Gallimard et par chance, leur catalogue de livre correspond aux genres de lectures que j’affectionne. De plus, ils sont très cool, dans le sens où si vous ne choisissez pas un livre chaque mois, vous n’êtes pas rayés des listes, et ils ne vous imposent aucune lecture. D’ailleurs, depuis que je suis avec eux, j’ai dû le faire 1 mois sur 2, et encore. Mais avec le recul, je me dis que si ç’avait été une maison d’édition publiant un genre qui ne m’intéresse pas plus que ça, j’aurais sans doute accepté quand même… et m’en serais mordue les doigts après.

Parallèlement à cela, il m’est arrivé quelques fois de recevoir par courrier ou par mail un livre, sans que j’aie démarché qui que ce soit. Je sais que dans ce cas, rien ne m’oblige ni à le lire, ni à publier un avis dessus. Mais personnellement, je m’emploie à le faire automatiquement. La seule chose, c’est que je ne m’impose pas de délai (la preuve, j’ai un livre qui m’attend depuis novembre dernier, et je ne l’ai toujours pas lu. Faut dire qu’il fait plus de 1000 pages ^^).

Là comme ça, en lisant ce que je viens d’écrire, tu te dis que j’accepte facilement n’importe quel service presse… Bah en fait non !
Sur livraddict, je n’ai fait participé qu’à 18 partenariats depuis mars 2012. Ça fait une fois tous les 2 mois.
Sur Babelio, j’ai fait 14 masse critique depuis mai 2013. Soit un livre tous les 1mois ½, environ.
Si je rajoute mon partenariat avec Folio, plus les livres reçus de temps en temps directement au total je ne dois pas dépasser les 3 livres par mois. Et cela me convient parfaitement !!
Car j’ai été démarchée par une autre maison d’édition, mais j’ai refusé la proposition, ayant peur d’avoir par la suite trop de contrainte et surtout plus le temps de lire autre chose que des service presse.
Parce que bon, recevoir des livres gratuits, c’est chouette. Se voir démarcher par un auteur ou un éditeur, c’est bon pour son orgueil (même s’il ne faut pas être dupe que l’éditeur a bien plus à gagner que toi…). Mais si j’ai créé un blog, c’est aussi et surtout pour y parler des lectures que j’ai choisi, sans contraintes de temps, de minimum de mots ou de je ne sais quoi. Et pour moi, il est important que le nombre de lectures sans partenariat reste toujours supérieur au nombre de service presse.
Certes, j’apprécie de recevoir des livres gratuits, et j’apprécie encore plus quand le livre est beau et l’histoire m’a plu. Mais j’apprécie encore plus d’aller acheter le livre moi-même, ou alors d’aller l’emprunter à la bibliothèque.

Je ne dis pas que si une maison d’édition me proposait un partenariat je refuserai, mais disons que j’y réfléchirai sérieusement avant de me lancer.

 

Un bilan de mon expérience.
Depuis que je participe à des Services Presses, je n’ai rien à y redire. Ou presque. Pourtant, au début j’avais la crainte que si je donnais un avis négatif, on me refuse les partenariats à venir. Et bien non, ce ne fut pas le cas !
Grâce à ses partenariat, j’ai pu découvrir des nouvelles maisons d’édition, des auteurs, des romans géniaux que je n’aurais jamais pensé acheter… et d’autres que j’aurais mieux fait de ne pas demander ^^.
Toute expérience n’étant pas parfaite, j’ai aussi rencontré quelques couacs. Comme cet exemple tout récent où j’ai reçu un mail me disant que l’auteur n’avait pas donné son accord pour distribuer son livre et donc me demandant de retirer ma chronique de mon blog,alors que je l’ai reçu via Babelio… que j’ai reçu sur ladite chronique un commentaire assénant que mon avis était vide et inutile… et que comme par hasard sur le site Babelio, les deux jours qui ont suivi, trois chroniques dythirambiques sont apparues. Visiblement, l’auteur et/ou l’éditeur n’ont pas apprécié que je ne sois pas tombée en admiration devant ce fôôôôrmidable livre…. Evidemment, je n’ai pas retiré mon avis…
A part cette expérience malheureuse (surtout pour l’auteur, parce que moi, ça va ^^), je n’ai eu que du positif. Il m’est même arrivé quelquefois de recevoir un petit mot de l’auteur pour me remercier… que la critique soit positive ou mitigée. Et ça fait toujours plaisir, je trouve.

En conclusion, le Service Presse est une expérience qui peut être très enrichissante, car elle permet de découvrir d’autres horizons de lecture. Encore faut-il savoir être raisonnable, et ne pas céder à la tentation de tout accepter sous prétexte qu’on reçoit les livres gratuitement.
Rester maître de ses lectures envers et contre tout ! 🙂

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 thoughts on “Si on parlait de… Services presses

  1. Ah oui, je me souviens que tu avais parlé de cette expérience où on te demandait de retirer ta chronique, vraiment trop bizarre cette histoire!!! Je trouve que trois partenariats par mois, c’est très raisonnable 🙂 Pas facile de dire non, mais moi aussi j’ai fini par en refuser car je ne veux pas que ça devienne une contrainte!
    Merci pour ta participation au rendez-vous!

  2. Eh bien, quelle expérience sympa… ça égale presque mon auteur auto-édité qui m’a menacée de porter plainte contre moi parce que je n’avais pas aimé son livre ! Vive la liberté d’expression…

Laisser un commentaire