Into the wild. Jon Krakauer

Par je ne sais plus quel site, j’avais eu l’occasion d’obtenir gratuitement le roman de Jon Krakauer, Into the wild. J’ai évidemment profité de l’occasion pour le charger sur ma liseuse. Et j’ai profité d’une lecture commune et d’un challenge lecture en VO pour le lire.

 

 

Synopsis

Il avait renoncé au rêve américain. Pour vivre une aventure extrême. En 1992, le cadavre d’un jeune homme est découvert dans un bus abandonné en Alaska, au pied du mont Mckinley, loin de tout lieu habité. Fils de bonne famille, Chris McCandless aurait dû en toute logique devenir un américain bien tranquille à l’avenir sans surprise. Mais, dès l’obtention de son diplôme universitaire, il décide de partir à l’aventure. Après avoir fait don de ses économies à une œuvre humanitaire, il entame son périple sous un nom d’emprunt avec sa vieille voiture, qu’il abandonnera un peu plus tard. Il sillonne le sud des Etats-Unis, subsistant grâce à de menus travaux, avant de réaliser son grand projet: s’installer au cœur de l’Alaska, seul, en communion avec la nature. Mais on ne s’improvise pas trappeur, ni homme des bois…

 

Mon avis

Je n’ai pas détesté ce livre, mais je n’ai pas aimé non plus. Bref, je suis très partagée.

Chris McCandless est un rêveur, un intrépide, un gars plein de projets plus ou moins utopiques en tête. Dont celui de quitter son Amérique natale, pays de consumérisme et de faux-semblants, pour réaliser un périple en Alaska. Son truc à lui, c’est de se retrouver face à la nature. Et c’est donc dans cet état d’esprit qu’il s’est lancé dans la grande aventure. Oui mais voilà, rêver c’est bien, vouloir communier avec la nature c’est chouette, mais cela demande une certaine préparation, et Chris semble l’avoir omis… Erreur qui lui coûtera la vie.
Et c’est ce périple que l’auteur nous raconte, à travers des témoignages des personnes ayant croisé la route du jeune homme.

L’histoire en elle-même est assez intéressante, puisqu’on apprend à connaître un jeune homme qui veut croire en ses rêves et cherche à tout prix à les réaliser. Alors oui, je l’avoue clairement, Chris est pour moi plus un inconscient qu’un intrépide. Il faisait partie de ces gens qui s’imaginent que partir à l’aventure, ça veut dire partir à l’improviste. Sauf que l’aventure ça se prépare, surtout si c’est pour aller dans une région aussi peu hospitalière que l’Alaska. Non pas que je sois en train de dire que ce qui est arrivé est mérité, mais plutôt qu’il aurait pu faire en sorte de l’éviter, ou du moins d’en limiter les possibilités. Malgré tout, je reste admirative du simple fait qu’il ait eu l’envie de casser la monotonie de son quotidien. Oser prendre des risques est une chose noble en soi. Et le fait que cela nous soit relaté non par le protagoniste lui-même, mais par des tierces personnes, m’incite à modérer mes propos. Et donc, était-il insconscient ou intrépide, la question reste posée malgré tout.

Comme je le disais, de nombreux témoignages viennent etayer ce récit. Si je les ai trouvés très enrichissants du point de vue de leur contenu, je reste en revanche très sceptique quant à leur organisation. Personnellement, j’aurais aimé quelque chose de plus chronologique, linéaire, nous permettant de suivre l’évolution du périple de Chris, mais aussi son état d’esprit. Au contraire, dans le roman rien n’est chronologique, on fait sans arrêt des va et viens dans le temps, et au final cela m’a donné l’impression d’un roman un peu fouillis. Du coup, je n’ai pas vraiment réussi à me mettre à fond dans l’histoire.
En outre, l’auteur a adopté un style journistique pour écrire ce livre. Ce qui n’a rien d’étonnant, d’une part pour l’histoire racontée, d’autre part car journaliste c’est son métier, et il ne fait pas de doute que le travail fourni derrière tout cela est des plus complets. Je déplore cependant le fait que tout le livre soit écrit dans ce style. J’aurais aimé avoir une histoire qui fasse un peu moins documentaire.

En conclusion, Into the Wild se lit bien, mais ne fera pas partie des incontournables pour moi.

Rendez-vous sur Hellocoton !

3 thoughts on “Into the wild. Jon Krakauer

  1. Comme toi je pense, le manque de préparation de Chris m’avait un peu décontenancée, comme si cela était peu vraisemblable…mais finalement il faut bien accepter que certaines personnes soient en effet inconscientes. J’en garde toutefois un bon souvenir de lecture.

  2. J’ai vraiment eu du mal avec ce roman, je me suis perdue dans les flashbacks. J’ai adoré le film et le livre a été une déception pour moi 🙁

Laisser un commentaire