Prince captif, tome 1. C.S. Pacat

C’est tout à fait par hasard que je suis tombée sur le roman Le prince captif, sur le site de Babelio. J’ai demandé à le recevoir en partenariat, et ma candidature a été retenue.
Merci donc aux éditions Milady et à Babelio pour cet envoi 🙂

 

 

Synopsis

Damen est un héros pour son peuple et le légitime héritier du trône d’Akielos. Mais lorsque son demi-frère s empare du pouvoir, Damen est capturé, dépouillé de son identité et offert comme esclave au prince d’un royaume ennemi.
Beau, manipulateur et létal, son nouveau maître, le prince Laurent, incarne ce qui se fait de pire à la cour de Vere. Mais dans la toile mortelle de la politique Vérétienne, les apparences sont trompeuses, et lorsque Damen se retrouve pris dans un jeu de pouvoir pour le trône, il doit s’allier à Laurent afin de survivre et sauver son royaume.
Sans jamais oublier une règle vitale : cacher sa véritable identité à tout prix. Car l’homme dont il a besoin est celui qui a le plus de raisons de le haïr…

 

Mon avis

Prince captif est un roman sympathique mais pas révolutionnaire. Loin de là. J’ai passé un bon moment en lisant ce roman, mais il ne fera pas partie de mes lectures favorites.

Tout d’abord, il faut que je vous dise un truc. Lorsque Babelio m’a envoyé le mail me disant que ma candidature était retenue, j’ai regardé par curiosité sur le net pour en savoir un peu sur l’auteur, ou voir si d’autres avaient déjà lu le livre. Et là, je le vois catalogué en tant que romance M/M. Ne sachant absolument pas en quoi consistait la romance M/M, j’ai cherché… et j’ai trouvé. Et là, j’avoue que j’ai déchanté. Parce qu’en lisant le synopsis, je m’attendais à une histoire avec intrigue de pouvoir, de la politique, de la trahison aux plus hauts sommets des royaumes… Mais absolument pas à de la romance. Qu’elle soit M/M, F/F… ou Q/Q. Alors dans mon for intérieur, j’ai espéré très fort que le roman ne soit pas uniquement basé sur les deux premiers couples de lettres cités ci-dessus, et encore moins le troisième. En plus, la couverture ne fait pas du tout romance quoi !!
J’ai donc reçu mon livre, je l’ai lu, et j’ai été rassurée sur le fait que la romance n’est pas le sujet principal de ce premier tome. En fait, on ne peut pas vraiment dire qu’il y ait de romance à proprement parler. N’étant pas une férue de ce genre, personnellement je ne m’en plains pas.

Mais revenons à l’histoire et à notre prince.

Dans le royaume d’Akielos, le roi se meurt. Son fils Damianos s’apprête à prendre la succession sur le trône. Il est brave, il est fort, il est beau, bref il est le futur roi idéal, tout le monde en convient. Sauf Kastor, son plus jeune frère, qui pense que la couronne lui siera mieux qu’à Damianos. Aussi, décide-t-il de faire emprisonner le grand frère, avant de le donner comme esclave à Laurent, Prince de Vère, despotique, cruel, ambitieux, bref un prince comme personne n’en voudrait.
Désormais Damianos s’appelle Damen, le futur roi est esclave, celui qui avait l’habitude de commander se retrouve soumis et à la merci d’un prince pour qui il voue une haine sans commune mesure. Mais en plus de survivre à ce nouveau traitement peu favorable, Damen a une autre mission secrète : ne surtout, surtout pas se faire reconnaître de Laurent…

Dans ce premier tome, nous voyons l’univers se mettre en place. Nous faisons connaissance avec les personnages principaux et découvrons leurs charactères principaux. Il va de soi que dès la première rencontre, on ne peut que détester Laurent, ce prince imbu de sa personne. Mais l’intérêt de ce personnage s’accroit à mesure que l’on avance dans le roman. Bon, Laurent ne va pas devenir un gentil garçon plein de sollicitude envers son prochain, mais il y a à mon avis matière à en faire un personnage des plus intéressant (en bien ou en mal) par la suite.
Vous aurez remarqué que je n’ai pas commencé par parler du personnage principal, mais de son ennemi juré. Simplement parce que ce dernier est selon moin bien plus abouti que notre prince captif. Au début, je ne savais pas trop quoi penser de Damen. Malgré ce qu’il a subi lors des débuts de sa captivité, je n’arrivais pas à vraiment le plaindre. Et même par la suite, Damen n’est pas un personnage que j’arrive à apprécier pleinement. Mais surtout, ce qui m’a un peu embêté, c’est le fait d’avoir pu déviner tous ses actes, toutes ses réactions. Il n’y a pas vraiment de surprise pour ce personnage, et c’est dommage.
Concernant l’univers, je suis restée également sur ma faim. J’aurais tellement voulu en savoir plus sur ces royaumes, sur ces peuples ! Malheureusement, l’auteure reste en surface, et je dois me débrouiller avec le peu d’informations qui me sont fournies. Je n’arrive pas à me figurer le passé des personnages, je ne me sens pas à l’aise avec l’histoire des royaumes, et du pourquoi Vère et Akielos se vouent une telle haine. Je pensais en apprendre plus sur le caractère géopolitique de ce monde, à la fin de ma lecture, je ramais toujours autant… Il m’a manqué des bases pour me sentir à l’aise dans cette intrigue.
Malgré cela, l’histoire reste plaisante à lire, et si la plume de l’auteure n’a rien d’exceptionnelle, dans le sens où j’aurais aimé une écriture un peu moins banale et passe-partout, cela reste tout de même plaisant à lire.

Mais alors, c’est quoi le rapport entre ce livre et la romance M/M (autrement dit romance Gay) ?
Et bien oui, en effet, nous assistons à travers ces pages à quelques scènes où l’érotisme homosexuel est plus que suggéré. Car à Vère, cette pratique ne semble choquer personne ou presque. A part Damen. Et s’il n’y a aucun doute sur le caractère érotique de ces scènes orgiaques, pour autant elles n’ont rien de choquantes ou déplacées, mises dans leur contexte. Evidemment, on comprend que cela a un impact sur l’intrigue, mais de là à qualifer ce livre de Romance, franchement je ne suis pas convaincue. Est-ce parce que ce genre littéraire devient à la mode, et que c’est une opportunité de faire venir de nouvelles lectrices ? Est-ce parce que dans le tome 2, l’intrigue va plus clairement virer dans la romance ? Je me pose la question.

Ce roman est bourré de défauts que je n’aime pas dans un roman : un contexte mal défini, des personnages peu développés, une écriture pas transcendente… Et pourtant, si ce livre ne compte pas parmi mes préférés, je ne l’ai pas détesté. Pourtant il avait tout pour que je ne l’aime pas. Mais non ! J’ai tout de même apprécié cette lecture, mais je ne saurais exactement vous dire pourquoi… Il y a parfois des mystères qui ne s’expliquent pas ^^

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire