Metropolis. Serge Lehman, Stéphane de Caneva

Ce matin, alors que je m’apprêtais à lire quelques pages de Autant en emporte le vent, j’ai eu envie de lire autre chose. Et c’est en fouillant sur les étagères de ma bibliothèque que mon regard s’est arrêté sur cette BD achetée deux mois plus tôt dans la toute nouvelle librairie sise dans le 10ème arrondissement de Paris : La dimension fantastique. C’était décidé, ce matin le lirais le tome 1 de Metropolis.

 

 

Synopsis

Capitale de tous les excès, de tous les délires urbanistiques. Carrefour de tous les mouvements politiques et artistiques. Centre névralgique de l’espionnage et des coups tordus. Metropolis possède ses zones d’ombres à l’instar des crimes qui défraient depuis peu la chronique. Pour les résoudre, la police fait appel à un médecin autrichien, inventeur d’une science de l’esprit méconnue : le docteur Freud.

 

Mon avis

Imaginez une Europe qui n’aurait pas connu de première Guerre Mondiale. Imaginez cette Europe vivant toujours à la mode de la Belle Epoque dans les années 30. Imaginez simplement La France et l’Allemagne ne s’étant jamais fait la guerre et vivant en harmonie à Métropolis, une ville symbolisant l’entente entre les peuples.
Là, vous avez le contexte. Metropolis est clairement une uchronie, mais une uchronie qui ne manque pas de faire des parallèles avec l’Histoire telle que nous la connaissons. Je vous en reparlerai plus tard.

Maintenant, imaginez qu’un jour une bombe vienne exploser en plein cœur de la ville et de ce fait vienne foutre la pagaille.
Là, c’est le début de l’intrigue pour le lecteur… et le début des ennuis et d’une longue enquête pour Gabriel Faune, lieutenant de son état. Car cet attentat, en plus de faire des victimes directes, va faire surgir des entrailles de la ville des corps humains décédés depuis… bah on ne sait pas depuis quand, et c’est justement ça le problème ! Ce sera donc la mission de Gabriel Faune et de la police de résoudre ce mystère.
Mais au-delà de l’attentat en lui-même, c’est le symbole de la ville en lui-même qui est remis en cause. Et si Faune avait bien remarqué quelques changements inopinés auparavant, cet évènement va achever de le convaincre que oui, il y a bien une fore mystérieuse qui est en marche dans cette ville. Pour le meilleur ou pour le pire ?

J’ai beaucoup aimé la façon dont ce tome introduit l’intrigue, les personnages et l’histoire en générale. Dès le début, je me suis sentie embarquée à Metropolis, cette ville symbole de l’unité, mais qui semble tout de même refouler quelques secrets.
L’inspecteur Faune nous est présenté comme quelqu’un de relativement solitaire. Pour l’instant, je n’arrive pas à dire si ce personnage me plait ou non, mais en tout cas, j’ai bien aimé la façon dont son passé nous est narré.
Comme je le disais avant, cette BD trouve beaucoup de liens avec notre Histoire. Et si au niveau purement historique les relations sont encore très, très minces, il en va autrement avec certains personnages que nous croisons. Ainsi, le fait que Faune aille consulter un certain docteur Freud, ayant mis au point une nouvelle médecine à Vienne, évoquera vaguement quelque chose à tout un chacun. Nous croiserons également Briand et Streseman, et quand on sait l’importance qu’a eu l’entente de ces deux hommes pour tenter le maintien de la paix entre la France et l’Allemagne, alors je me demande quels rôles ils vont jouer dans la suite de l’intrigue, et comment l’auteur va se servir d’eux pour broder son histoire…

Ce premier tome m’a donc bien plus pour le début de son intrigue, et il faut dire aussi que l’histoire est magnifiquement servie par les dessins de Stéphane De Caneva. J’ai vraiment apprécié le trait ultra réaliste de ses dessins, rendant l’histoire encore plus palpable. Le jeu de couleurs, oscillant souvent dans les tons sombres ou ocres intime une atmosphère que l’on devine de plus en plus oppressante et intrigante.  Une ambiance qui me donne d’autant plus envie d’en savoir plus, et donc de me procurer au plus vite le 2ème tome de la saga.
Le seul reproche que je ferais à ce premier tome, est que pour moi il se termine un tout petit peu trop tôt. On vient tout juste de découvrir ce souterrain, l’enquête a à peine débuté… je pense que l’auteur aurait pu pousser un petit peu plus avant et donner au lecteur quelques prémices supplémentaires sur les évènements à suivre. Mais j’espère bien que le tome 2 va me donner pleins de trucs à me mettre sous la dent ^^

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 thoughts on “Metropolis. Serge Lehman, Stéphane de Caneva

    1. Il y a 4 tomes de prévus. Les deux premiers sont sortis, le troisième si ce n’est pas fait c’est pour bientôt, et le dernier à la fin de l’année

Laisser un commentaire