La bibliothèque des coeurs cabossés. Katarina Bivald

Une couverture super stylée, présentant une bibliothèque trop chouette. Un titre de livre poétique. De nombreuses critiques positives de professionnels et de simples lecteurs. Une comparaison avec Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates.
Non mais, c’était o-bli-gé !! Je Devais lire La bibliothèque des cœurs cabossés.
Et quand je l’ai vu à ma médiathèque, je l’ai illico embarqué.

 

 

Synopsis

Tout commence par les lettres que s’envoient deux femmes très différentes : Sara Lindqvist, vingt-huit ans, petit rat de bibliothèque mal dans sa peau, vivant à Haninge en Suède, et Amy Harris, soixante-cinq ans, vieille dame cultivée et solitaire, de Broken Wheel, dans l’Iowa. Après deux ans d’échanges et de conseils à la fois sur la littérature et sur la vie, Sara décide de rendre visite à Amy. Mais, quand elle arrive là-bas, elle apprend avec stupeur qu’Amy est morte. Elle se retrouve seule et perdue dans cette étrange petite ville américaine.
Pour la première fois de sa vie, Sara se fait de vrais amis – et pas uniquement les personnages de ses romans préférés –, qui l’aident à monter une librairie avec tous les livres qu’Amy affectionnait tant. Ce sera pour Sara, et pour les habitants attachants et loufoques de Broken Wheel, une véritable renaissance.
Et lorsque son visa de trois mois expire, ses nouveaux amis ont une idée géniale et complètement folle pour la faire rester à Broken Wheel…

 

Mon avis

Et là, c’est le drame !!

Parce que non seulement je suis sortie déçue de cette lecture, mais surtout j’étais limite en colère !
Ou comment t’annoncer que je ne vais pas être tendre dans les lignes qui vont suivre…

Tout d’abord, un petit mot sur la 4ème de couverture. Le résumé est long et surtout en dévoile trop. En fait, il dévoile tous les moments clés de l’histoire. Et même si l’on se demande ce qu’est ce truc génial qu’ont inventés les habitants pour faire rester Sara, je trouve franchement dommage d’annoncer d’emblée que sa correspondante est morte. Ça casse le charme de la surprise, pour moi ! Même si c’est une mauvaise surprise…
Et si encore il se passait plein d’autres trucs super intéressants et palpitants, je n’en aurais peut-être pas fait cas. Le problème c’est que, bah justement ce n’est pas le cas. Dans ce livre il ne se passe rien. J’ai trouvé l’intrigue horriblement plate, sans envergure. J’avais vraiment l’impression de tourner en rond et je me demandais à quel moment l’histoire allait enfin commencer. Et effectivement, quand arrive le moment de la fameuse idée géniale des habitants, j’ai presque comme un nouvel espoir. Parce que l’idée en elle-même, bah je ne m’y attendais pas du tout ! Alors, l’espace d’un instant j’ai cru qu’enfin il allait se passer quelque chose d’intéressant. Mais non. Aussitôt annoncée, l’histoire retombe comme un soufflet. Et je suis retombée dans l’ennui.

Vous allez me dire, ce n’est pas parce qu’il n’y a pas d’action à chaque page que le livre est ennuyeux. Et je suis on ne peut plus d’accord sur ce point. Mais dans ce cas, la non action est compensée par autre chose. Il y a un truc qui fait que l’on accroche au roman. Comme par exemple le style de l’auteur, une écriture particulière, ou alors des personnages. Avec La bibliothèque des cœurs cabossés, je n’ai absolument pas ressenti cela.

J’ai trouvé le style de l’auteure trop neutre. En fait, j’ai l’impression qu’elle n’a pas de style. Ce n’est pas poétique, ce n’est pas vraiment direct, ni familier. Bref, c’est plat.

Concernant les personnages, bah là aussi on nage dans la mer d’huile, tellement ils manquent de panache. A commencer par Sara, qui est selon moi le personnage le moins intéressant de l’histoire. Pourtant, une nana qui kiffe la lecture, ça aurait dû me parler !! Mais pas du tout. Parce que Sara, c’est le cliché de la fille qui ne vit que pour et par les livres, une nolife de la littérature. Et je ne me suis absolument pas reconnue en elle. Non seulement Sara est coupée du monde, mais j’ai trouvé qu’il y avait également au début du roman un côté intellectualisé de la chose qui m’a gêné. Fort heureusement, au fil de la ma lecture, ce deuxième sentiment va disparaître. Notamment lorsque Sara dit que selon elle il existe un roman pour chaque personne, mais également quand je découvre que les romans cités ne sont pas que des grands classiques de la littératures, mais aussi des contemporaines, des thrillers, de la chick lit. Bref, Sara parle de livres et de littérature au sens très large du mot. Et ça, c’est bon !! Mais c’est le seul truc intéressant concernant Sara…. C’est peu.
Quant aux autres personnages, et bien ils ne m’ont pas marquée plus que ça. A part Caroline que j’ai trouvé plus intéressante que les autres.

Vous l’avez compris, La bibliothèque des cœurs cabossés n’a pas été un coup de cœur pour moi. Loin s’en faut.

Mais au début de cette critique, je vous ai dit qu’en plus de m’avoir déçu, ce roman m’avait même énervé ! Ouais carrément. Mais faut que je vous explique pourquoi !!

Un roman qui parle d’autres romans, qui me donne des idées de lecture, me fait découvrir des auteurs, je suis friande de cela. Un personnage qui va partager un avis sur un livre, soumettre une réflexion autour d’un roman, je dis Oui ! Parce que j’adore les romans qui vont t’emmener vers d’autres lectures. Mais quand le personnage te raconte une scène importante d’un grand roman de la littérature anglaise (en l’occurrence Jane Eyre), bah pour moi c’est un crime de lèse-majesté. Parce qu’un roman est censé te donner envie d’aller vers un autre roman, pas te dévoiler les intrigues quoi !! Alors certes, ce n’est peut-être pas Le moment le plus important du roman de Charlotte Brontë qui est évoqué, mais c’est pour moi une scène que le lecteur se doit de découvrir avec les mots de miss Brontë. Pas dévoilés comme ça dans une conversation. Par chance, j’ai lu Jane Eyre avant, mais sur le coup je me suis dit mais quelle cruche !! Pourquoi elle raconte ça ?
Peut-être que s’il n’y avait pas eu ce méchant spoil j’aurais été plus modérée dans ma critique. Peut-être. Mais là, c’était la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

Enfin, la mention : « Si vous avez aimé Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates, vous allez adorer ce livre » ne s’est absolument pas vérifiée pour moi. Autant j’ai adoré le premier, autant celui-ci, m’a bien déçu… Et je suis vraiment, vraiment contente de ne pas avoir dépensé une vingtaine d’euros pour ça.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

9 thoughts on “La bibliothèque des coeurs cabossés. Katarina Bivald

  1. Tu me fais peur! J’ai acheté ce livre par « débit »…je m’explique : je suis une fille qui ne sait pas dire non et du coup je me suis retrouvée avec un abonnement de 3 ans chez Belgique Loisir…ce qui implique que je dois acheter un livre chez eux tous les 3 mois. Or je trouve que leurs propositions littéraires sont vraiment moyennes, voir parfois nulle. Je ne trouve pas ce que je lis habituellement donc choisir un livre tous les 3 mois chez eux me rends folle…je paye cher (plus cher qu’un livre dans le commerce traditionnel) soit disant pour des exclusivités qui n’en sont pas…et pas bcp de choix. Donc quand j’ai vu les bonnes critiques pour ce livre, j’ai décidé de prendre la bibliothèque des coeurs cabossés par débit chez eux…du coup ta critique me fait craindre d’avoir perdu 20 euro 😀

    Je reviendrais dire ce que j’en ai pensé quand je l’aurais lu 🙂

    1. Voilà je l’ai lu. Et j’ai été très déçue, le livre est plat, l’histoire pas très passionnante et je n’ai pas beaucoup accroché avec Sara. Et ça ma saoulait aussi qu’elle spoil des passages de livre notamment beignet de tomate verte où elle révèle quasi toute l’intrigue ! Encore heureux que je l’avais lu avant. Bref une grosse déception que je me suis empressée de finir pour passer à autre chose.

  2. Je suis entièrement d’accord avec toi sur le fait que la 4ème de couverture en dévoile beaucoup trop. J’ai passé mon temps à attendre la fameuse révélation sur le moyen de faire rester Sara !
    Par contre, j’ai quand même apprécié le livre dans son ensemble, même si ce ne fut pas un coup de coeur. 🙂

    1. Non mais là, tu lis la 4ème, tu connais toute l’histoire quoi !! Et malgré tous les avis positifs, évidemment ce n’est pas moi qui vais te le conseiller ! ^^

  3. Je l’ai vu à ma médiathèque, donc, pas de dépense… Mais vais-je prendre le temps de le lire? Après ton avis, j’hésite. Merci pour ton honnêteté,ça aide.

Répondre à Le Chat du Cheshire Annuler la réponse.