Les misérables de Victor Hugo. Version Manga

Si vous me suivez un petit peu, vous savez que depuis le début de l’année, je me suis mise à la découverte des mangas. Parce que jusqu’à l’année dernière, je n’avais jamais lu un seul manga de ma vie… jusqu’à ce que Agathe m’en offre un. Depuis, j’ai décidé d’élargir mon horizon de genre littéraire, et donc de me mettre aux mangas. C’est donc pleine de détermination que je me suis dirigée vers le rayon en question, et commencé à fouiner parmis toutes les œuvres proposées. Mon regard a été rapidement attiré par ce titre « Les misérables ». Parce que ce roman c’est un de mes préférés de la littérature française. Alors le découvrir d’une manière différente, cela me bottait carrément.

 

 

Synopsis

Octobre 1815, Jean Valjean, après 19 années de bagne, revient en France, plein de rancunes contre la société. Mais une rencontre va changer sa vie et le transformer en homme de bien. Pourtant, en ces années-là, difficile de fuir son passé…

 

Mon avis

Les misérables, l’œuvre originale de Victor Hugo, c’est un gros pavé de plus de 1000 pages. Quand j’ai vu ce manga d’à peine 200 pages, j’avoue m’être demandée comment ils avaient pu faire tenir toute l’histoire en si peu de pages. J’ai même cru qu’il s’agissait d’un premier volume uniquement. Mais non. Il s’agit bien de l’ensemble de l’œuvre. J’en ai donc conclus que ce manga n’avait pas pour mission d’adapter le roman dans son intégralité, mais d’en faire une lecture différente. Du moins, je l’espère, car sinon c’est carrément raté !

L’histoire est celle de Jean Valjean, un ancien bagnard qui va tenter de reprendre sa vie en main. Au cours de sa vie, il va faire la rencontre de différents personnages, qui vont plus ou moins façonner son existence.
Si l’histoire a subi de grandes ellipses afin de tenir au format 200 pages, la trame est cependant tout à fait respectée. Nous retrouvons les personnages centraux de l’œuvre de Victor Hugo que sont Jean Valjean, Fantine, Cosette ou encore le commissaire Javert. En cela, je pense que pour quelqu’un qui ne connait pas le roman original, cela peut donner une bonne idée de l’histoire ,et pourquoi pas lui donner envie de le lire pour connaître plus en détail tous ces personnages.

Oui, mais moi, l’œuvre originale je la connais. Je l’ai lue. Et je l’adore !
Et est-ce dû au fait que je voue une admiratio pour le roman de V. Hugo, je ne sais pas, mais quoiqu’il en soit, ce manga ne m’a pas convaincu du tout. Personnellement, j’ai eu du mal à voir plus qu’un résumé illustré, retraçant les moments clés de l’intrigue. Car certes, l’histoire est respectée, ainsi que les personnages, et même si certains m’ont paru trop absents par rapport au roman (je pense notamment à Gavroche), cela ne m’a pas dérangé outre mesure. J’étais en revanche plus sceptique quant au sort réservé à Javert, présenté selon moi un peu trop comme une vulgaire caricature du représentant de la loi bête et méchant. Or Javert, il est bien plus complexe que ça !!
J’ai trouvé également que les aspects social et politique n’étaient pas assez développés. Je n’ai pas retrouvé le côté dramatique du roman, et surtout je n’ai pas ressenti le fait que l’histoire s’inscrit dans une époque, qu’elle fait partie de la grande Histoire dans sa globalité. Le manga m’a semblé hors de son temps, et j’ai vraiment trouvé cela très dommage.

D’ailleurs, j’ai également ressenti cette absence de temporalité dans le dessin. Si les personnages sont très expressifs et font bien ressentir leurs sentiments, je n’ai absolument pas perçu sous leurs traits des hommes et des femmes du XIXème siècle. Or, Les Misérables est selon moi une œuvre majeure représentative de cette époque. Le manga aurait mérité de mieux ancrer cette particularité.

Ouais… en fait je crois que j’attendais trop de ce manga. Beaucoup trop. Et la chute fut dure !…

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 thoughts on “Les misérables de Victor Hugo. Version Manga

  1. « J’ai trouvé également que les aspects social et politique n’étaient pas assez développés. Je n’ai pas retrouvé le côté dramatique du roman, et surtout je n’ai pas ressenti le fait que l’histoire s’inscrit dans une époque, qu’elle fait partie de la grande Histoire dans sa globalité. »
    C’est plus du tout du Victor Hugo, quoi. 🙁 Ni en forme, ni en fond…
    J’imagine aussi que ça peut toutefois donner envie au lecteur d’aller voir l’oeuvre originale, ou au contraire le dispenser de lire le pavé de Hugo tout en ayant l’impression de connaître désormais l’histoire.
    J’ai un côté puriste qui me fait croire que les adaptations trop allégées ne donnent pas grand’chose de rare ou ne rapprochent pas les lecteurs ou spectateurs de l’oeuvre originale, dans leur très large majorité.

    1. Personnellement je n’ai rien contre les adapations, même si elles sont un peu allégées. Mais quand on ne retrouve pas l’âme de l’oeuvre originale, ça me déçoit…

Laisser un commentaire