Les stagiaires. Samantha Bailly

En décembre dernier, les éditions Milady avaient fait une campagne autour de leur support numérique, et proposaient une fois par jour un livre gratuit. Les stagiaires, de Samantha Bailly en faisait parti. J’avoue que s’il n’avait pas été proposé, je ne l’aurais pas acheté de moi-même. Je l’aurais peut-être emprunté à la bibliothèque un jour. Ou pas. Car pour ce genre de littérature je suis assez difficile (ouais, chiante aussi ^^). Donc, j’ai toujours peur de me lancer.

 

 

Synopsis

Ophélie, Arthur, Hugues et Alix viennent tous d’horizons différents. Leur seul point commun : ils rêvent de travailler chez Pyxis, entreprise spécialisée dans l’édition de mangas et de jeux vidéo, pilier dans le secteur de l’industrie créative.
Une réalité s’impose rapidement : beaucoup de candidats, peu d’élus. Désormais, le stage est devenu une étape obligatoire pour ces jeunes qui sont à la croisée des chemins dans leurs vies professionnelles et affectives.
Provinciale tout juste débarquée, Ophélie a laissé derrière elle petit ami et logement, et doit faire face aux difficultés de la vie parisienne.
Étudiant en école de commerce, Arthur est tiraillé entre les grands projets qu’on a pour lui et son envie de mettre la finance entre parenthèses. À leurs côtés, Alix, passionnée de mangas, ne jure que par ses sagas favorites, et Hugues, graphiste, teste ses limites dans les soirées électro…
Dans une atmosphère conviviale, travail et vie privée s’entremêlent.
Pourtant, une question demeure en fond sonore : qui restera ?
Quand la « génération Y » entre en collision avec le monde du travail : un récit marquant dans lequel beaucoup de jeunes adultes se reconnaîtront.

 

Mon avis

Une fois la dernière page lue, la première chose que je me suis dite fut que ce style de littérature ne sera définitivement pas mon genre préféré. Mais n’empêche que j’ai bien aimé ce roman ! J’ai passé un moment très agréable en le lisant. Parce que si comme je le dis plus haut, je suis difficile à contenter, j’apprécie de lire ce genre de roman de temps en temps. Ça me fait une sorte de break entre deux thrillers, romans historiques ou romans fantastiques. Et ma lecture des Stagiaires arrivait finalement à un moment où j’avais besoin de ce genre de littérature.

Dans ce récit, nous allons suivre Ophélie, fraîchement débarquée à Paris pour un stage de 6 mois dans une entreprise de mangas de jeux vidéos. On va la suivre dans sa galère pour trouver un logement parisien, pour se faire à la vie parisienne, pour survivre avec son très maigre salaire de stagiaire. En parallèle, nous avons Arthur, que l’on pourrait qualifier de « pauvre petit parisien aisé ». Lui aussi en stage dans la même entreprise. Et en proie à bien des interrogations également.
Et à travers ces deux personnages, c’est la vie de stagiaires que Samantha Bailly nous décrit. Ces stagiaires qui sont souvent à la merci de leurs employeurs, qui ne peuvent pas trop la ramener parce que derrière il y a leur carrière qui est en jeu, et donc doivent faire leurs preuves à tout instant. Personnellement, je n’ai jamais fait de stage d’entreprise, mais d’après les récits que certains amis m’en on fait, ce roman me parait criant de vérité. Et même si certaines scènes m’ont paru caricaturées, je ne suis pas vraiment sûre qu’elles le soient tant que cela…

Le récit alterne les points de vue d’Arthur et d’Ophélie. J’ai trouvé que cette narration était très bien choisie. Cela donne une dynamique à l’histoire.

J’ai beaucoup aimé également les échanges sur Communicator, le logiciel de communication interne. D’une part pour les échanges entre les stagiaires, où l’on découvre leur pétage de câble, leurs petits rendez-vous pour la cantine ou autre, ou encore les tentatives de drague. Mais aussi pour ce côté virtuel poussé à son extrême, lorsque l’employeur refuse de parler en direct à sa stagiaire qui se trouve juste en face d’elle, préférant lui parler via Communicator. J’ai trouvé qu’il y avait quelque chose de très ironique dans cette situation.
Concernant les personnages, j’avoue que je ne me suis attachée à aucun d’entre eux. D’autre part, à bien y regarder, ils sont pratiquement tous ultra stéréotypés. Et moi, en général les gros clichés je n’aime pas. Sauf que là, et bien ça ne m’a pas du tout dérangé, car ils cadrent complètement avec l’histoire.
J’ai trouvé le style de Samantha Bailly vraiment très agréable. Le livre se lit très facilement, la narration est simple et sans chichi, elle colle parfaitement au style de l’histoire. Si elle nous dépeint une vie de stagiaire loin d’être toujours facile, l’humour est également très présent, comme pour un peu dédramatiser la situation. J’ai notamment adoré ces moments où Caroline, la chargée de stage d’Ophélie, se met à utiliser des mots anglais pour faire plus tendance. Du genre j’ai un call, au lieu de j’ai un appel.

Chaque chapitre débute par des paroles extraites d’une chanson. L’idée est sympa, d’autant plus que la chanson a toujours un rapport avec la situation dans le récit. Cependant, j’ai trouvé dommage de ne pas trouver une traduction des paroles lorsqu’il s’agissait de chansons en anglais. Pour les non anglophiles, je pense que cela manque de ne pas saisir le sens des paroles.

 

En conclusion, Les stagiaires fut une lecture très agréable. J’ai apprécié découvrir ce monde impitoyable de l’entreprise. Et bien sûr je n’hésiterai pas à lire un autre roman de Samantha Bailly.
Mais avant, je vais me lire quelques thrillers, romans historiques ou autres histoires avec des dragons, des fées ou des démons ^^

Rendez-vous sur Hellocoton !

6 thoughts on “Les stagiaires. Samantha Bailly

  1. Je suis d’accord avec toi sur les personnages et les situations caricaturaux (le masculin l’emporte mais ça fait bizarre non?) Mais je m’étais que l’auteur avait forcé le trait exprès

  2. J’ai eu également ce roman dans l’opération de Milady, je me laisserai tenter un de ces quatre, ce genre peut me plaire mais il faut que j’en ai envie… A voir !

Laisser un commentaire