La pourpre et l’olivier. Gilbert Sinoué

Quand Paikanne m’a proposé de rempiler pour le challenge de Livraddict, Livra’deux pour pal’addict, j’ai tout de suite dit oui. Parce que j’étais contente du choix qu’elle avait fait chez moi lors du précédent challenge, et parce que je sais qu’elle a pas mal de livres dans sa pal qui me font envie.
Et quand elle a sélectionné, entre autre, le roman de Gilbert Sinoué, que je projetais de lire depuis déjà bien longtemps, je me suis dit que ce choix était fort à propos.

 

 

Synopsis

Deux siècles après la mort du Christ, l’Église chrétienne est encore pourchassée et déjà divisée, tandis qu’un homme, Calixte, se prépare à devenir le seizième successeur de Pierre. Nul n’aurait pu lui prédire pareil destin. Ni les légionnaires qui l’ont enlevé de Thrace et vendu à Rome comme esclave, ni le puissant sénateur qui en fit son banquier, ni Marcia, la concubine de l’empereur Commode à qui l’attache une passion démesurée, et surtout pas les Chrétiens eux-mêmes dont il méprise la soumission. De Rome à Alexandrie, d’Antioche aux bagnes de Sardaigne, un homme hors du commun brise les chaînes de la fatalité et entreprend un bouleversant voyage en quête de la Vérité qui le conduira à la charge suprême pour laquelle il était appelé.

 

 

Mon avis

Si là maintenant on me posait la fameuse question « pourquoi tu lis et qu’est-ce que tu aimes dans la littérature ? », je répondrais « Pour découvrir des auteurs comme Gilbert Sinoué, pour découvrir des romans comme La pourpre et l’Olivier : Riche en émotion et en savoir ».
Bref, La pourpre et l’olivier est un gros coup de cœur. Le genre de livre qui me fait aimer les livres.

Ce roman, c’est l’histoire d’un homme dont le destin extraordinaire va étroitement se lier avec la grande Histoire.
Calixte est un jeune Thrace, enlevé de force, vendu comme esclave dans une Rome où l’empereur Commode règne en maître absolu. Mais Calixte, c’est un jeune homme fougueux, qui n’a pas peur du danger, ou bien ne le mesure pas. Ainsi, la forte tête va rapidement se faire repérer des hautes personnalités. Pour le meilleur et pour le pire. Enfin, Calixte est un homme dont le charme ne laisse pas les femmes indifférentes. Alors forcément, avec tous ces critères, comment voulez-vous qu’il n’ait pas un destin hors du commun ?

Et c’est donc le cheminement qui va mener Calixte de simple esclave thrace à successeur de Saint Pierre à la tête de l’Eglise chrétienne que nous relate Gilbert Sinoué

Et justement, à propos de la chrétienté, nous sommes ici à une époque charnière pour la religion catholique, mais aussi pour l’Empire romain.
A la tête de Rome, un certain Commode qui n’avait de commode que le nom… Il fut tout de même décrit comme l’un des chefs romains les plus sanguinaires. Et un peu partout dans l’Empire les chrétiens se trouvent persécutés, tués, exécutés…. En effet, à cette époque, les religions polythéistes sont encore légion, et voir des hommes et des femmes prier un Dieu unique et surtout un homme qui se serait pris pour le fils de Dieu, serait rescussité, et serait monté au ciel après être sorti de sa tombe protégée par une énorme pierre, beh ça fait un peu beaucoup, quoi ! En plus, selon ces chrétiens, tous les hommes seraient égaux devant Dieu. Comment ça, il ne fait pas la différence entre un esclave et un empereur ? Il serait même prêt à pardonner les voleurs, les menteurs, les assassins et à les accueillir dans son Royaume ? Non mais franchement ! C’est quoi ce Dieu ? Et surtout, c’est quoi ces gens qui sont prêts à croire pareilles balivernes ? Et d’ailleurs, Calixte lui-même va avoir bien du mal à comprendre cette « secte ». Car le jeune homme est à l’origine un Orphiste. Et c’est dans cette culture qu’il a été élevé.

Alors, c’est avec un grand intérêt que j’ai dévoré ce roman. J’ai suivi avec passion le parcours de cet homme parti de rien et qui atteindra les plus hautes sphères. J’ai découvert avec enthousiasme un aspect de cette époque que je ne connaissais pas tant que cela, et notamment l’importance qu’elle a eu dans le monde politique et religieux. J’ai observé les intrigues qui se jouaient au sein même de Rome (car la Rome antique sans ses intrigues, c’est pas la Rome antique).
Enfin, j’ai redécouvert un auteur capable de nous tenir en haleine du début à la fin, un auteur qui fait vivre son histoire, donne du relief à ses personnages et pour finir à su tout simplement me captiver en me racontant l’histoire de cet esclave devenu pape.

 

 

Côté challenges


Challenge en cours chez Sookie

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 thoughts on “La pourpre et l’olivier. Gilbert Sinoué

  1. J’adore cet auteur mais je ne connais pas ce roman là il va falloir que je me le note ! Je te conseille aussi L’Egyptienne et La Fille du Nil que je me promets de relire depuis longtemps !

  2. J’adore cet auteur mais je ne connais pas ce roman là il va falloir que je me le note ! Je te conseille aussi L’Egyptienne et La Fille du Nil que je me promets de relire depuis longtemps !

Laisser un commentaire