L’article où je vais faire un petit somme

J’ai découvert Jonathan Coe avec son roman « la vie très privée de Monsieur Sim« . J’ai donc eu envie de lire une autre de ses oeuvres.

 

 

Synopsis

De bien curieux événements se déroulent à Ashdown, inquiétante demeure perchée sur une falaise des côtes anglaises. Naguère, c’était une résidence universitaire, où se sont croisés Sarah la narcoleptique, Gregory le manipulateur, Veronica la passionnée, Robert l’amoureux transi, Terry le cinéphile fou. Leurs destins ont divergé, mais les spectres du passé continuent de hanter Ashdown, devenue une clinique où le sinistre docteur Dudden se livre à de monstrueuses expériences sur les troubles du sommeil. Par quelles mystérieuses coïncidences tous les personnages vont-ils s’y retrouver ? Et quelles transformations vont-ils subir ? Une fresque foisonnante et rigoureuse où l’illusion amoureuse va jusqu’à l’extrême limite de sa réalisation, et où la vérité sort toujours des rêves.

 

 

Mon avis

C’est roman sympathique, mais loin d’être formidable. Pour ma part, je trouve que La vie très privée de Mr Sim, du même auteur, est largement supérieur.

La construction du roman est intéressante : on alterne les époques à chaque chapitre, pour finalement arriver à un point de rencontre.
Ce qui m’a embêté, c’est la façon dont les deux histoires parallèles se rejoignent. Des coïncidences qui apparaissent bien avant le dénouement, des révélations un peu trop grosses à mon goût… bref, j’ai trouvé qu’il y avait un peu trop de facilités par endroit.

Les personnages sont bien travaillés dans l’ensemble. Chacun a sa particularité, ses qualités et ses défauts qui ressortent bien dans le récit.
J’ai particulièrement apprécié le personnage de Terry, ce cinéphile incapable de parler d’autre chose que de cinéma. Le genre à considérer que tout film sorti à plus de 50 copies est une daube commerciale, et à considérer que lui seul connaît le « bon » cinéma. Et quand il rencontre quelqu’un qui n’y connait absolument rien, mais veut faire croire que si, c’est juste délicieux.

En revanche, je n’ai pas aimé la façon dont on se sépare du Docteur Dudden. Du genre, le personnage n’a plus d’intérêt dans le roman, alors tiens on va le coincer quelque part.

L’auteur décrit bien les paysages, l’environnement dans lequel évoluent les personnages. Mais il m’a manqué quelque chose pour me sentir complètement en Angleterre.

La maison du sommeil est donc un roman que je qualifierais de « c’est bien, Mais… ». Parce que rien n’est vraiment mauvais, tout à du bon, mais à chaque fois j’y ai trouvé un petit défaut qui m’a empêché de savourer complètement cette histoire.

Ce roman ayant rencontré un grand succès chez la majorité des lecteurs, je vous conseillerais tout de même de le lire, pour vous faire votre propre opinion. Et parce que l’écriture de Jonathan Coe est quand même très agréable.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire