Le billet avec des tatouages

La couverture de ce livre me faisait de l’œil depuis déjà un petit moment, quand je me suis décidée à l’acheter. J’avais repéré que ce « cycle des démons » avait des critiques et des notes positives dans l’ensemble. Alors pourquoi ne pas tenter l’aventure ?

 

 

Le synopsis

Il y a parfois de très bonnes raisons d’avoir peur du noir…
Dans le monde du jeune Arlen, dès que le soleil se couche, les démons sortent de terre et dévorent les êtres vivants. Le seul espoir de survie : s’abriter derrière des runes magiques qui repoussent ces monstres et prier pour qu’elles tiennent jusqu’aux premières lueurs de l’aube. Seule une poignée de Messagers bravent la nuit au péril de leur vie pour relier les hameaux dont les habitants ne s’éloignent jamais.
Mais lorsqu’une terrible tragédie le frappe, le jeune Arlen décide qu’il ne veut plus vivre dans la peur : il quitte sa ferme et part sur les routes en quête d’un moyen de se battre contre les démons et de les vaincre.

 

Mon avis

A défaut d’être excellent, le premier tome de ce cycle est très, très bon.

J’ai été séduite par l’intrigue de cette saga, certes un peu complexe, mais dans laquelle je suis immédiatement rentrée, grâce à l’écriture très fluide, mais en même temps très travaillée, de l’auteur.

L’histoire est construite autour de trois personnages, qui sont les piliers de ce cycle. Et si Arlen s’avère être le protagoniste le plus importants, je les ai trouvés tous les trois très attachants. Trois personnes que le destin n’a pas épargné, et dont le parcours semé d’embûches renforcera leur propre caractère.

L’homme rune, c’est pas mal d’aventures, dans le sens où l’on voyage d’un point à l’autre de ce monde. Mais aussi parce que les actions ne manquent pas. Elles se suivent et s’enchaînent. Toutefois, même s’il se passe beaucoup de choses, je n’ai jamais eu l’impression d’être asphyxiée par trop d’actions. En tout cas, je ne me suis jamais ennuyée pendant ma lecture.

Une fois n’est pas coutume, le bien s’oppose au mal. Ou plus exactement ici, les démons s’opposent aux humains. Les Humains avec leurs faiblesses, leurs peurs, leurs doutes, mais surtout leur cœur et leur humanité. Et face aux horreurs que sont capables de faire les démons, ils en ont bien besoin, les Hommes, de cette humanité.

Enfin, les derniers paragraphes de ce premier tome laissent présager une belle suite, et surtout pas mal de possibilités et surtout de questionnements. Bref, j’ai très envie de savoir comment tout cela se continue.

Il y a cependant un point qui m’a un peu déçue dans ce premier tome : Je trouve que l’auteur ne nous en dit pas suffisamment sur la nature des démons. Qui sont-ils ? D’où viennent-ils ? Pourquoi ? Comment ? J’avoue que j’aurais bien aimé avoir quelques pistes à explorer ou extrapoler en attendant de lire la suite de ce cycle des démons.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

1 thought on “Le billet avec des tatouages

Laisser un commentaire