L’article où y a un gosse qui fait flipper

Le terme « thriller gothique » m’a interpellé. En fait, je crois bien que je n’ai jamais lu de livre de ce genre… ou alors je ne savais pas que c’en était. Et puis je trouvais le nom de l’auteur sympa. Sire Cedric, ça fait très… gothique ? Le nom du roman aussi je l’aime bien. On ajoute à cela une image en noir et rouge, et rien qu’en voyant la couverture du livre, il y a déjà une certaine angoisse qui se dégage. Avant même de l’ouvrir.

 

 

Synopsis

Lorque sa collègue Aurore l’appelle en pleine nuit pour couvrir avec elle un meurtre atroce, David, photographe de presse, se rend sur les lieux du drame. Un fossoyeur pris d’une folie hallucinatoire vient de tuer sa femme et ses enfants avec un fusil à pompe, avant de se donner la mort. Le lendemain, un adolescent, se croyant poursuivi par des ombres, menace de son arme les patients d’un hôpital et tue Kristel, la compagne de David.
Mais qui est à l’origine de cette épidémie meurtrière ? Est-ce un homme ou un démon ?
Le journaliste, qui n’a plus rien à perdre, va se lancer à la poursuite de Nathaniel, l’enfant des cimetières, jusqu’aux confins de l’inimaginable…

 

Mon avis

Je vais commencer par parler du seul point négatif que je trouve à ce roman : Le stéréotype des journalistes sans scrupules. Je dis point négatif, car j’ai la nette impression que dans tous les romans ou films policiers, ou thriller, les journalistes ce sont toujours les mêmes genres d’individus : Des gens sans état d’âme et sans vergogne qui ne pensent qu’à une chose : faire la une la plus « sensation » de leur journal. A n’importe quel prix. Et tant pis si ça choque. Sincèrement, j’aimerais bien croiser de temps à autre des reporters moins propices à scandales.

Même s’il y a une part de vrai là-dedans, je pense qu’il y a plus à exploiter à ce niveau que le côté « je veux être le plus vu dans les médias ».

Pour le reste, je n’y vois que du positif…

J’ai beaucoup aimé l’entrée en matière dans ce roman. Le prologue est efficace, prend tout de suite à la gorge. L’horreur s’installe immédiatement, mélangée à une ambiance pour le peu malsaine.

Et puis l’enquête policière commence immédiatement. On entre immédiatement dans le vif du sujet. Si dans un cycle de Fantasy j’aime bien quand l’action prend le temps de se mettre en place, en revanche, dans les thrillers, j’apprécie que ce soit rapide et efficace. Les policiers ou tu dois te farcir 100 pages avant de faire connaissance avec le commissaire de police, ça me gave. Avec ce roman, je suis très bien servie !

J’ai aimé l’intrigue qui m’a tenue en haleine jusqu’au bout. D’une part, car celle-ci est très bien ficelée, l’auteur ne délivrant des indices qu’au fur et à mesure. Mais également pour son côté fantastique. Car jusqu’au bout, je n’étais pas sûre de savoir ce qui était réel et ce qui tenait du surnaturel. Quels éléments étaient rationnels, et les quels étaient irrationnels.

L’auteur nous balade avec une aisance déconcertante entre ces mondes réels et surnaturels. Et cela accentue l’aspect très angoissant de ce roman.

 

J’ai aimé l’évolution du commandant Vauvert. Au début du roman, ce policier fait figure de personnage secondaire. Mais au fil des pages, sa présence sera de plus en plus marquante, pour finalement apparaître comme un personnage principal. Et on s’y attache à ce chez Vauvert. J’ai été d’ailleurs ravie d’apprendre qu’il revenait dans le roman suivant de Sire Cédric. Vous l’avez compris, j’ai bien entendu prévu de me le procurer ^^.

 

J’ai aimé la relation entre David et Kristel. Une relation pleine de tendresse et d’amour qui tranche avec l’intrigue très angoissante. Toutefois, si leur amour est attendrissant, il n’est absolument pas mièvre.

 

J’ai aimé l’écriture très visuelle de l’auteur. J’ai lu sur d’autres blogs ou forums que Sire Cedric avait une écriture cinématographique. J’approuve. Je m’imaginais parfaitement chaque scène décrite. Et c’est d’ailleurs ce qui renforce son côté « horreur ». Certaines séquences m’ont vraiment donné la chair de poule. Autant que quand je regarde un film de ce genre.

 

 

« L’enfant des cimetières » est donc pour moi une excellente découverte. J’ai frissonné à maintes reprises en lisant cette histoire très prenante.

Rendez-vous sur Hellocoton !

1 thought on “L’article où y a un gosse qui fait flipper

Laisser un commentaire