Raconter les mots

La grammaire est une chanson douce. Un tel titre, aussi poétique, ne pouvait que m’attirer.

 

 

Synopsis

Jeanne, la narratrice, pourrait être la petite soeur d’Alice, précipitée dans un monde où les repères familiers sont bouleversés. Avec son frère aîné, Thomas, elle voyage beaucoup. Un jour leur bateau fait naufrage et, seuls rescapés, ils échouent miraculeusement sur une île inconnue. Mais la tempête les avait tant secoués qu’elle les avait vidés de leurs mots, privés de parole. Accueillis par Monsieur Henri, un musicien poète et charmeur, ils découvriront un territoire magique où les mots mènent leur vie : ils se déguisent, se maquillent, se marient.

 

Mon avis

Ce livre aux allures de conte est un véritable petit bonbon.

Pour commencer, le livre en tant qu’objet mérite toute notre attention. Ce sont 136 pages de phrases, de mots et d’images qui se côtoient. Le texte est écrit en caractère relativement gros, donnant un aspect très fluide à la lecture.

Alors certes, ces 136 pages, j’aurais pu facilement les lire en 1 heure. Mais non. J’ai eu envie de prendre mon temps, un peu comme une histoire qu’on raconte au coin du feu. Comme les histoires que ma maman me racontait le soir, avant de dormir.

 

Plus qu’elle ne se lit, cette histoire-là ce raconte, se découvre.

La langue française est belle, riche, variée. Il faut en prendre soin. Mais la langue française n’est pas une science exacte, elle n’est pas figée. Elle évolue avec le temps, et nous avec. Surtout, elle est suffisamment belle pour qu’on puisse l’apprendre, découvrir ses subtilités grammaticales tout en douceur, et toujours avec plaisir. Elle évolue, et nous avec. Voilà en somme ce que Erik Orsenna tient à faire passer comme message.

 

Ne vous y trompez pas, il n’est pas question d’apprendre la grammaire (quoique, des fois, au hasard d’une phrase…), cette histoire a d’abord pour vocation de nous faire voyager. Un voyage au pays des mots. Des mots qui s’accordent et se lient, se séparent et se disputent. Des mots qui vivent et qui méritent d’être découverts, admirés. Comme on admirerait un édifice ou le tableau d’un grand maître.

 

Erik Orsenna nous offre une histoire émouvante, poétique, drôle… Il y aurait beaucoup de choses à dire encore…

Je ne peux que vous conseiller de le lire.

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 thoughts on “Raconter les mots

Laisser un commentaire